Le prix de la culture Européenne récompense les nouveaux talents

Exposition. Jusqu’au 20 juillet est exposé à la Maison de Heidelberg de Montpellier une sélection de photographies sur le thème : « Être jeune en Europe ». Le vernissage a eu lieu hier.


« Les jeunes ont un regard différent sur l’Europe et notre société. Cette exposition doit permettre de découvrir leur vision, de comprendre leur rapport à la mobilité et à l’esprit européen » a conclu Hans Demes, le directeur de la maison de Heidleberg qui héberge le jeune prix 2012 de la culture Européenne. Dans cet espace dévolu au partage de la culture entre pays européens mais surtout aux échanges franco-allemands, ceux sont les jeunes étudiantes germanophones qui ont présenté les œuvres au public. Quoi de plus normal puisque tous ces clichés ont étés pris par des jeunes Erasmus, une organisation qui promeut la mobilité des étudiants en Europe et entre universités. Pour les jeunes allemandes c’est une exposition particulière. «  Elle représente aussi notre vision de l’Europe, puisque nous avons fait le choix comme les jeunes artistes de découvrir un pays étranger. Cela nous touche beaucoup. » explique l’une d’entre elles dans un français quasiment parfait. Soutenue par les ministères de l’enseignement supérieur et de la culture, l’exposition est à l’origine une initiative de L’AFI (l’Association française internationale). Après avoir présenté l’exposition, ses enjeux, le directeur a invité l’assemblée composée d’habitués de la maison à boire un pot de l’amitié en observant les photos.

Des étudiants indignés

Le jeune prix de la culture européenne récompense depuis 2006 ces jeunes qui gardent un œil ouvert sur le monde. « Dans cette grande pièce ensoleillée de la maison de Heidelberg, les treize cadres, il devait y en avoir quinze mais deux ont été cassés en route, ont trouvé leur place » ajoute Hans Demes. Pourtant les photos vont circuler dans 15 pays de l’Union. Elles ont été sélectionnées parmi 1000 clichés par un jury composé de personnalités. Photographes, acteurs, musiciens, ont été particulièrement touchés par la maturité des œuvres : leur sensibilité artistique mais aussi leur qualité en tant que récit de citoyen européen. D’ailleurs beaucoup de clichés sont assez engagés, en réponse probablement au mouvement des indignés qui a secoué l’Europe, les jeunes ont voulu montrer leur mécontentement. En un regard ils font partager leur amour du pays où ils ont voyagé mais aussi quelques fois leur incompréhension ou leur indignement. Un sentiment mêlé de ras-le-bol et d’espoir.

Publicités