« Il faut dépassionner le débat »

Samedi 17 novembre, des milliers de personnes (les chiffres varient, entre 70 000 et 200 000 manifestants à Paris) ont défilé contre le projet de loi du « mariage pour tous ». Une mobilisation conséquente. Alors, pour ou contre le mariage ouvert aux personnes de même sexe ? Un couple homosexuel s’est confié à Buzzles. 

Le trouple formé de Jean-Pierre, Emmanuel et Laurence, peu avant la naissance de la petite Louise. Photo Droits Réservés.

Jean-Pierre a 23 ans, il est encore étudiant. Emmanuel, 44 ans, travaille dans l’immobilier. Ils partagent leur vie à Paris depuis maintenant cinq ans. Le mariage pour tous ? Tous deux ne portent pas le même regard sur la question. Jean-Pierre n’y est pas vraiment favorable : « je ne suis ni pour, ni contre. Si le projet de loi passe, tant mieux, mais je ne me marierai pas pour autant. » Emmanuel, lui, soutient à fond l’initiative. Cependant, l’instrumentalisation des droits des couples homosexuels le dérange, « il faut dépassionner le débat ». Avoir inscrit le projet du mariage gay dans les promesses électorales de François Hollande en a fait un enjeu exagéré. Tout le monde donne son avis, les politiques confondent leurs voix avec celle de l’Eglise.

Pour l’égalité des droits

La question n’est pas seulement l’accès au mariage, elle tient plus de la reconnaissance des droits de tous les couples en France. Pour Emmanuel, le PACS ne suffit pas, mais le mariage n’est pas nécessaire. « Qu’un couple soit hétéro ou homo, il doit prétendre aux mêmes droits », estime-t-il. Envisager la suppression pure et simple du mariage pour instaurer une nouvelle union civile lui semble une solution. Jean-Pierre renchérit : « pour moi, le mot mariage a une évocation religieuse. Le terme ne correspond pas pour une union déclarée à l’Etat. » Une reconnaissance égale des couples, unissant deux personnes de sexe opposé ou non, notamment en matière de filiation : c’est là la principale avancée du projet discuté à l’Assemblée nationale depuis le 7 novembre.

La famille peut-elle être homoparentale ?

« Oui, répond Emmanuel, un enfant a besoin d’être élevé dans l’amour. » Peu importe qu’il grandisse avec un père et une mère, l’essentiel est de pouvoir se construire sereinement. Le schéma de la famille nucléaire se fragilise : parents séparés, divorcés, célibataires sont de plus en plus nombreux. Elargir le droit à l’adoption aux couples homosexuels serait-il un tel bouleversement ? De nombreux couples de même sexe élèvent déjà des enfants sur le territoire français. Le désir de devenir parent l’emporte sur les limites de la loi. Les témoignages ne sont d’ailleurs plus rares dans les médias depuis l’ouverture du débat. Un papa et une maman, l’association n’est pas incontournable pour élever un enfant.

Le phénomène « trouple »

Elle peut néanmoins se greffer à l’évolution d’un couple homosexuel. Emmanuel est déjà papa, mais pas avec Jean. Louise, sa fille, a aujourd’hui 21 mois. Sa maman, c’est Laurence, 41 ans. L’idée de devenir parent travaillait Emmanuel depuis longtemps. Il a obtenu son agrément pour adopter un enfant, ce qui l’a emmené jusqu’au Brésil. Là, il avait la possibilité de devenir le père de trois enfants, pas moins. C’était un peu trop pour lui. En passant par l’APGL, de nouvelles possibilités se sont offertes à lui. Emmanuel a alors rencontré Laurence. Ils ont appris à se connaître et ont décidé de mener à bien leur projet, ensemble.

Moins fort que de l’amour, plus fort que de l’amitié, cette relation construite sur la base de la coparentalité leur a réussi. « Louise reçoit deux fois plus d’amour » estime Jean-Pierre. La petite fille vit chez « maman » la semaine et chez « Papa et J-P » les mercredis et week-ends. Jean-Pierre, très heureux de ce mode de vie et gaga de Louise, ironise sur le phénomène « trouple » (contraction du couple à trois) : « après le mariage pour tous, on attend le mariage à trois ! ».

Louise est encore un peu jeune pour nous donner son avis sur la question, mais aujourd’hui tout laisse croire qu’elle grandit normalement et se construit dans une famille équilibrée. Affaire à suivre !

 Louise Malnoy