Ballon d’or: Messi…mais non!

Messi ballon d’or: la décision la plus logique d’une cérémonie proche de la fumisterie. Démonstrations en six points litigieux.

Messi, son costume, son trophé – OLIVIER MORIN AFP.COM

  • Pas de talents hors d’Espagne ? 

A l’annonce de l’équipe type FIFA de l’année, le spectateur a l’étrange sensation de se trouver à Madrid lors du gala de fin de saison récompensant les meilleurs joueurs du championnat espagnol. Aucun joueur de Chelsea, vainqueur de la Ligue des champions, ni de l’équipe nationale italienne, pourtant auteur d’un très bel Euro, n’apparaît dans cette prétendue dream team. En revanche, on y retrouve 11 joueurs évoluant dans la péninsule ibérique dont dix appartenant au FC Barcelone et au Real Madrid.

  • Corruption es-tu là ?

A la suite de cela, dans une salle où les plus grands footballeurs de l’Histoire sont rassemblés, le prix du fair-play est remis par Sepp Blatter à la fédération Ouzbèke de football. Alors que la FIFA est souvent mise en cause dans d’obscures affaires de corruption, cette récompense vient semer le doute et paraît irréaliste. Il y a quelques jours, le président Ouzbek, Islam Karimov, a terminé dans le top 10 des personnes les plus corrompues de l’année.(Consultez le rapport)

  • Depardieu, le Gérard du pire invité ?

La joie non dissimulée de l’acteur franco-russe – OLIVIER MORIN AFP.COM

Quant à Gérard Depardieu, qui n’a rien à voir avec le milieu du ballon rond, il était invité par le président de la FIFA. Après la Belgique, la Russie, c’est la Suisse que l’acteur honore de sa présence. Pourtant, côté « monuments », la FIFA avait déjà ce qu’il faut avec Ronaldo, Beckenbauer et Platini.

  • Le public seul bon juge ?

Seules des décisions prises par le public apparaissent sensées. A l’image du chef d’oeuvre de Miroslav Stoch (Fenerbache) élu « démocratiquement » plus beau but de l’année.

  • Les tweetos soulignent les litiges

Au fil des minutes, le spectateur n’a eu de cesse d’être décontenancé devant le nombre d’invraisemblances jalonnant la cérémonie. Sur Twitter, les fans de foot fulminent.

  • Le suspense tué dans l’œuf

Plusieurs journaux dont L’Equipe et du Monde ont dévoilé (par erreur) le nom du vainqueur deux heures avant l’annonce officielle. Joué d’avance?

Pas de suspense à l'Equipe

Conclusion, Zurich ressemble de plus en plus à une réunion d’amis, dont les discours sonnent faux. L’organisation suprême du football devrait revoir son mode de fonctionnement et sa soirée vitrine.

PS : Messi quand même

Hassen GALLAH

Arthur GROS

Théo SAVARY