janvier 08

Étiquettes

Un homme de 82 ans meurt dans l’incendie d’une résidence au Cannet

Le feu a pris au rez-de-chaussée, pour monter vers les étages. (Maxime Morin)

Le feu a pris au rez-de-chaussée, pour monter vers les étages. (Maxime Morin)

Un terrible incendie s’est déclaré dans la nuit de dimanche à lundi dans l’immeuble « La Colline » au Cannet. Il y a une victime âgée de 82 ans et une dizaine de personnes intoxiquées.

Paniqué, l’octogénaire est resté longtemps bloqué au quatrième étage dans la fumée et sans électricité. Il a succombé à deux arrêts cardiaques.

Ses voisines du dessus racontent :

« On a sauté du balcon pour échapper aux flammes »

Laurie vient de rentrer de l’hôpital. Elle est encore sous le choc, comme les locataires de la quarantaine d’appartements de l’immeuble « La Colline », situé 8 rue des Moulières et théâtre d’un dramatique incendie cette nuit au Cannet.

Avec ses deux côtes fêlées, Laurie fait partie des quinze personnes qui ont été transférées à l’hôpital des Broussailles peu après que l’incendie se soit déclaré au rez-de-chaussée vers deux heures du matin. Elle est encore en état de choc :

Les vitres ont explosé à l’entrée en un fracas retentissant. (Maxime Morin)

Les vitres ont explosé à l’entrée en un fracas retentissant. (Maxime Morin)

Il a fallu l’intervention de cinquante-trois pompiers équipés de deux grandes échelles pour maîtriser les flammes et évacuer les habitants.

Une opération rendue difficile à cause des dégâts sur les parties communes.

C’est par le balcon que Jacqueline est sortie après avoir été alertée par la fumée et les cris.

Choc et exaspération

 A l’image de Laurie, « choquée, exténuée », les occupants, qui ont pour la plupart passé la nuit à l’hôtel, se remettent peu à peu de ce traumatisme qui fait encore sursauter Jacqueline à chaque bruit suspect.

Les experts arrivés sur les coups de 10 heures privilégient pour l’heure la piste accidentelle même si les circonstances de l’incendie restent floues. Les habitants regrettent l’absence de cellule psychologique et de toute autre forme de soutien : après le choc, l’exaspération commence à se faire sentir.

Les photos du sinistre:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Maxime Morin et  Christophe Napoli