L’affaire Cahuzac pour les nuls

Le parquet de Paris s’est saisi de l’affaire présumée de fraude fiscale du ministre du Budget Jérôme Cahuzac, un mois après les révélations du site Médiapart. Buzzles  revient sur cette affaire complexe en images.

La justice va enfin démêler le vrai du faux dans la rocambolesque affaire Cahuzac. Mardi, le parquet de Paris à lancé une enquête préliminaire pour « blanchiment de fraude fiscale ». C’est la Division Nationale d’Investigation Financière qui a été chargée de montrer si le ministre du Budget a effectivement possédé ou non un compte en banque non déclaré en Suisse. Cette procédure ne signifie pas que le ministre est poursuivi, mais seulement que la police peut enquêter librement. La principale preuve de cette affaire est un enregistrement sonore révélé par Médiapart en décembre.

Le ministre a accueilli la nouvelle avec « satisfaction ». Et même si les avis divergent sur la scène politique, il bénéficie de l’appui du gouvernement, qui le soutient.

Pour l’infographie, cliquez sur l’image ci-dessous !

timeline js

Les personnalités politiques réagissent sur l’affaire Cahuzac

Pierre Moscovici, ministre de l’économie : «Je dirai aux agents du ministère des Finances que nous avons fait 2012 ensemble et que nous ferons 2013 ensemble. Cette enquête lui permettra, comme il l’a toujours affirmé, de démontrer son innocence. J’ai confiance en lui. »

Jean-François Copé, président de l’UMP : « Il faut respecter la présomption d’innocence. Combien j’aurais aimé, en d’autres temps – celui où nous étions nous-mêmes en responsabilité – que la gauche ne s’acharne pas comme elle le faisait »

Marine Le Pen, présidente du FN : «Le fait que M. Cahuzac soit ministre du budget pose un vrai problème d’institutions puisque par définition, l’enquête va avoir lieu auprès de ses propres services, qu’il dirige. »

Najat Vallaud-Belkacem, porte parole du Gouvernement : « Le cas de Jérôme Cahuzac n’a rien de comparable au conflit d’intérêt d’Eric Woerth. On parle Jérôme Cahuzac d’un certain nombre d’allégations qu’il juge, lui, sans fondement. Il est aujourd’hui au travail dans sa mission de ministre du budget, et pour ça, le gouvernement le soutien. »

Nadine Morano, membre de l’UMP : « la situation est parfaitement intenable. Il était temps que la justice se saisisse de ce dossier. Il n’y a pas d’autres solutions au regard de l’engagement de François Hollande que Monsieur Cahuzac, qui a une enquête préliminaire sur sa situation, démissionne».

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de Gauche : « Ne jugez pas Jérôme Cahuzac sur son air arrogant, sa mine de grand seigneur et son insolence de social libéral. Cahuzac peut rester au gouvernement, je fais confiance à la justice. Il a le droit au respect de ses droits citoyens. »

Erik Chiaramonti

Lucie Puyjalinet

Joséphine Thomas