Cinq choses à savoir… sur la télé-réalité

Elle est de retour. On feint de l’ignorer, ou de la regarder « juste pour rigoler ». Quoi qu’il en soit, la télé-réalité explose l’écran cette année, entre nouveautés, remakes, et grands classiques. La Nouvelle Star (sur D8), La Star Ac’ (NRJ12), L’Amour est dans le pré (M6), Les Cht’is (W9), Koh Lanta (TF1), Le Bachelor (NT1)… La télé-réalité, jamais aussi populaire, et pourtant aussi mystérieuse. Révélations de quelques tranches de vie du candidat lambda.

Photo montage final

  1. Le casting, tu passeras

Faire de la télé-réalité n’est pas à la portée de tous. Chaînes de télévision, émissions, agences de casting lancent régulièrement des appels aux futurs candidats. Un premier questionnaire « bateau » à renvoyer puis des castings devant jury sont organisés dans les grandes villes de France. « J’ai rempli un questionnaire en expliquant pourquoi je voulais faire cette émission, comment j’ai choisit mon compagnon. Maintenant j’attends que l’on m’appelle pour le casting à Paris » explique Tommy qui s’est inscrit pour participer au prochain Pékin Express.

La plupart de ces castings se résument en de longues heures d’attente pour seulement quelques minutes d’entretien. Des casteurs sont parfois chargés de recruter eux même dans la rue ou sur internet des profils particuliers, des personnalités. Il ne faut pas forcément être beau ou intelligent pour réussir le casting. La motivation est indispensable, il faut prouver que VOUS êtes fait pour cette émission. Mais il s’agit surtout d’être prêt à tout. A la clé, une possible célébrité que font miroiter les producteurs. Bref, pour être retenu parmi les nombreux candidats, il faut être un phénomène ou se créer un personnage, et faire le buzz.

  1. Briefé, tu seras

Connaître les animaux dangereux lorsque l’on participe à un jeu qui se déroule sur une île déserte ou apprendre les astuces pour se débarrasser d’un journaliste trop collant. Les candidats de télé-réalité sont briefés avant et après l’émission.

Le but : éviter les dérapages. Que ce soit pour la sécurité ou pour simplement éviter les révélations fâcheuses pour la production, celle-ci engage des professionnels pour orienter les candidats sur l’attitude à adopter. Formater ou juste conseiller, selon les émissions, les candidats sont largement briefés pour correspondre aux codes de la télé-réalité. « C’est plus subtil que ça. Avant de rentrer dans la maison, les gens de la prod’ nous disaient : « sois plus joueuse, les gens adorent ça ». Une fois dans le jeu, il arrivait qu’on soit appelé au confessionnal pour nous dire d’être plus trash, d’oser plus », témoigne Morgane de Secret Story 5.

  1. Le silence, tu garderas

La télé-réalité est une affaire classée secret défense. Dans les jeux de télé-réalité, l’émission est filmée des semaines en avance. Pour ne pas révéler l’issue du jeu, les candidats doivent se soumettre à cette règle du silence. Jean-Baptiste Seguin, ex-candidat à la Nouvelle Star 2013 (émission en cours de diffusion), n’échappe pas à cette règle. « Je n’ai pas le droit de dire si j’ai continué l’émission. Au théâtre, j’ai signé plusieurs contrats de confidentialité qui m’empêchent de parler. On n’avait pas le droit de s’aventurer dans Paris pour que des journalistes puissent nous sauter dessus et ainsi poser des questions auxquelles on n’a pas le droit de répondre » confie-t-il.

Certaines émissions  n’hésitent pas à signer un petit chèque pour inciter les candidats à se taire. 1 200€ pour Pékin Express et jusqu’à 7 000€ pour Koh-Lanta. Après tout, ce serait dommage de perdre de l’audimat en révélant quelle est la fille qui finira avec un Guiseppe dans Qui veut épouser mon fils ?. Une armada d’attachés de presse veille au grain. « Il faut passer par les attachés de presse. Koh Lanta nous y oblige. On ne peut rien dire sans qu’ils aient validé, c’est très fermé. J’ai déjà refusé des interviews parce que l’attachée de presse ne voulait pas que je réponde. » explique Thierry Vilette, candidat à Koh-Lanta 2013. Un paradoxe puisque lors de l’émission les candidats sont vivement incités à s’exprimer devant la caméra, dans des séquences proches du confessionnal de Secret Story. Dès la sortie, c’est le contraire qui s’applique.

  1. Les poches, tu te rempliras

La télé-réalité ne connaît pas la crise. Pour preuve, audience record pour le lancement, lundi, des Cht’is à Las Vegas, avec près de 900 000 spectateurs. Rien donc d’anormal à ce que les candidats récupèrent les fruits de leur dur labeur. « Normal, considère Morgane de Secret Story 5, tu ne peux pas enfermer les gens dans une maison pendant des mois et pas les payer sous prétexte qu’ils sont « en vacances » ». De 500 euros par semaine pour les habitants de Secret Story à… rien du tout pour les âmes romantiques de L’Amour est dans le pré.

La télé-réalité donne même un coup de pouce aux commerces régionaux. La salle d’évènementiel Le Poudrier, à Limoges, reçoit les candidats de L’Amour est dans le pré (et ses quarante techniciens et caméramens) pour le débrief sur leur situation sentimentale après la diffusion de l’émission. M6 a contacté le lieu pour sa discrétion et son paysage bucolique. Une semaine de tournage, pendant laquelle l’équipe est logée et nourrie, contre rémunération. Le petit plus pour le patron Jacques Vigneras, il sait avant tout le monde « qui a trouvé l’élu(e) ».

Le Pourdier respire bon la campagne en mode M6

Le Pourdier respire bon la campagne en mode M6

  1. A ton intimité, tu renonceras

72 caméras et 65 micros dans la maison de Secret Story 5, un record. L’exemple type de la télé-réalité dite d’enfermement (Loft Story/Dilemme/Secret Story…) Les candidats restent cloîtrés dans un espace restreint, soumis au regard constant des caméras qui scrutent leurs moindres faits et gestes.

Jour et nuit, 24h sur 24. « Dans les douches il y a des caméras, ils prennent pas le risque de mettre un endroit sans caméra dans la maison. Et dans les toilettes il y a un micro » témoigne Morgane, participante de Secret Story 5.C’est là le but de la télé-réalité, montrer la vie quotidienne des gens. En principe les candidats sont coincés, reclus et n’ont aucun ou très peu de contacts avec l’extérieur. De quoi créer des rapprochements ou des tensions. Le plus intime, le plus croustillant finira forcément diffusé. La puissance de l’image est mise en avant dans ce genre de programmes. Les candidats le savent ils sont là pour être vus. Ce voyeurisme les spectateurs en raffolent, poussant les productions à aller de plus en plus loin. « Tu sais en partant là bas que ça va être comme ça, c’est dur, tu ne peux pas te relâcher » raconte la jeune femme.

Mais participer à une télé-réalité, ce ne sont pas QUE des sacrifices, on peut aussi en rigoler. Le bloggeur La Gachette Folle a compilé les différentes formes de télé-réalité et pourquoi elles nous fascinent (second degré requis).

Lucie Marmey

Hortense Reberat

Elvire Simon

Publicités