Les Japonais et leurs smartphones : toujours plus de fantaisie

 

Le japon, où la terre du smartphone. Un nom a même été créé spécialement pour l’appareil :« sumaho » (contraction de « smartphone » en japonais). 51% des 21-29 ans en ont un, contre seulement 6% des Japonais de plus de 60 ans (statistiques de l’agence D2C). Or dans un pays où 23% de la population est âgée de plus de 65 ans, le plus grand opérateur de téléphonie mobile Japonais, NTT DoCoMo s’est lancé sur ce marché délaissé par ses concurrents. « Nous avions ressenti une forte demande sur ce segment et la réponse est très satisfaisante », a déclaré aux Echos Takahiro Oohori, cadre marketing. En collaboration avec Fujitsu, l’opérateur a donc  lancé le premier smartphone pour personnes âgées, qui s’inscrit dans la gamme des appareils « Raku Raku » (« simple simple », en japonais).

Un smartphone pour les seniors…

vusurleweb.fr

vusurleweb.fr

NTT vise ainsi 30 millions de seniors, réputés plus dépensiers et plus riches que les jeunes. Si les chiffres de vente ne sont pas encore publics, NTT DoCoMo assure que le téléphone lancé début août tient déjà toutes ses promesses.

Raku Raku est un téléphone mobile intelligent et facile d’utilisation, avec des fonctionnalités qui répondent aux besoins des seniors. L’écran est large et la navigation intuitive. Le smartphone déclenche une petite vibration à chaque touche appuyée, rappelant ainsi l’usage des téléphones mobiles de la précédente génération. A noter que l’utilisateur doit appuyer plus fort que sur un smartphone classique pour activer les fonctions, afin d’éviter les mauvaises manipulations. Le menu est simplifié. Les applications installées sont très utiles : téléassistance en cas d’urgence, bouton SOS et appel automatique d’un numéro pré-enregistré. Le téléphone est aussi doté d’une application pour surveiller les signes vitaux à distance, et d’un podomètre pour les seniors actifs. De plus, l’opérateur propose avec le téléphone un forfait peu coûteux qui correspond au faible temps de connexion à Internet de l’utilisateur.

… Et un pour les juniors 

 

Après son smartphone pour personnes âgées, NTT DoCoMo a présenté un modèle destiné aux enfants avec des applications « sûres » et des fonctions spéciales permettant aux parents de limiter l’utilisation. Ce smartphone est en apparence assez similaire aux variantes pour adultes, avec un boîtier coloré et un grand écran tactile.

Il est conçu pour que les enfants puissent s’en servir sans danger. Filtrage des sites internet dangereux, téléchargement d’applications restreint. Les fonctions d’appels et d’échanges de courriels sont limitées aux correspondants dont les coordonnées sont inscrites dans le répertoire qui est contrôlé par les parents. Même les horaires d’utilisation peuvent être programmés de sorte que les jeunes ne passent pas leurs journées les yeux rivés sur l’écran. Autre application utile, l’appareil est muni d’une alarme à faire sonner en cas de problème. Et pour finir de convaincre les parents, l’abonnement mensuel est proposé à un tarif deux fois inférieur à celui pratiqué normalement.

Toshifumi Kitamura. AFP

Toshifumi Kitamura. AFP

Le téléphone dermato

Dans la série des applications pratiques, les Japonais ne manquent pas d’audace. Le groupe  d’informatique Fujitsu a conçu une application permettant de traquer les taches ; les pores trop voyants ou toutes autres imperfections de la peau. Avec un cliché de la pommette, de la joue ou simplement d’une partie du visage, l’application analyse la peau via la luminosité, les rougeurs, les imperfections.

lepoint.fr

lepoint.fr

Pour utiliser le logiciel, il suffit de prendre une photo de la peau en plaquant sur une partie du visage un petit carton qui sert de référence pour la taille et les couleurs. Embarquant un nuancier de teintes, il laisse apparaître une zone de peau calibrée spécialement pour l’analyse.

« L’intérêt de cette application est de pouvoir comparer l’évolution sur une période de temps et de détecter aussi les modifications pour en trouver les causes, par exemple le manque de sommeil », précisait l’un des concepteurs, Hayuru Ito dans un article du Point. Ce logiciel enregistre des données chiffrées et des graphes sur diverses durées. Les données recueillies (sans l’identité des personnes) sont conservées dans une base de données qui permettra aussi des analyses comparatives sur un large échantillon d’individus. Couplé à d’autres applications (évolution du poids, mesure du stress, exercices physiques, etc.), il donne des conseils pour une meilleure hygiène de vie.

« Nous faisons cependant attention de ne pas empiéter sur le terrain de la médecine », précise-t-il, étant donné que l’application ne remplacera pas une consultation auprès d’un spécialiste. Ce service sera d’abord proposé au Japon, puis à l’étranger, non pas directement par Fujitsu mais via des sociétés de cosmétiques, des instituts de beauté ou des magazines féminins.

Le smartphone-cuistot

Le smartphone se fait toujours plus pratique. Panasonic a fait fusionner deux appareils en un – un smartphone et un autocuiseur ! Lançant ainsi le tout premier autocuiseur avec smartphone intégré au monde. Nommé Panasonic SR-SX2 Series IH Jar Rice Cooker, il a toute une gamme de fonctionnalités. Des standards sur les autocuiseurs haut de gamme: “200℃ Steaming,” “Great Thermal Dancing Boil” et “Diamond Furnace” qui sont censées rendre votre riz « extraordinaire ». Mais aussi des fonctions plus originales : vous pourrez contrôler les divers réglages du SR-SX2 comme le type de riz à cuire ou le timer en approchant le smartphone sur l’autocuiseur et en validant votre choix. Le téléphone peut aussi se connecter sur le serveur cloud de partage des recettes de Panasonic, pour vous permettre de télécharger les instructions de cuisson, après avoir téléchargé une application spéciale.

ubergizmo.com

ubergizmo.com

Le téléphone présent jusqu’au petit coin

Le smartphone fait donc partie intégrante de la vie quotidienne des Japonais au point que Lixil, un fabricant japonais de mobilier de salles de bain et de toilettes, a lancé une fonction très «tendance »  avec sa nouvelle gamme de toilettes Satis : un contrôle des opérations via un smartphone sous Android. Parmi les différentes options : réglage de la température du siège, utilisation d’un jet d’eau –dont on choisira l’angle, la puissance et la température du jet- pour nettoyer le postérieur plutôt que du papier toilette, musique ou même bruit de chasse d’eau enregistrée pour cacher des bruits corporels plus embarrassants, hauteur du siège…

Et ce n’est pas tout : on peut également déclencher la chasse d’eau ou écouter sa liste de lecture sur les haut-parleurs de ces toilettes haut de gamme. On pourra consulter l’historique de l’utilisation, ainsi que toutes les informations concernant le montant d’eau et d’électricité consommé par jour, par semaine ou par mois, et ainsi connaître le coût d’utilisation des toilettes. Suivant le modèle, le Lixil Satis coûte entre 199 500 ¥ soit 1 796 € et 389 550 ¥ soit 3 494,50 €.

igen.fr

igen.fr

Smartphone version printemps-été 

Outre les applications plus ou moins utiles, un autre marché explose au Japon : celui des accessoires. Dans les magasins spécialisés de Tokyo ils prennent désormais une place conséquente. Un des modèles appréciés est celui des « trous de nez » qui permettent de tenir le téléphone avec deux doigts. Certainement plus pratique que distingué, le modèle fait un tabac et serait en rupture de stock.

Le smartphone plus humain que jamais

Dernière invention Made in Japan : Hugvie. Cet objet loufoque est un coussin en forme d’humain, dans lequel on glisse son smartphone. Lors des appels le coussin va vibrer selon le ton et l’intensité de la voix de l’interlocuteur. Hugvie est aussi capable de reproduire les battements de cœur. Il sera bientôt commercialisé au Japon pour 60 dollars. Le smartphone serait-il donc devenu le meilleur ami de l’homme ?

Démonstration et interview du concepteur dans cette vidéo.

Chloé Fontaine

Marie Gonzales

Jalal Kahlioui

Alex Perasso

Publicités