Servez-vous, c’est gratuit !

Nous avons tous des objets qui encombrent notre maison et dont nous voulons nous débarrasser depuis des années. C’est ce qu’ont pu faire la cinquantaine d’exposants de la gratiferia, un « marché gratuit » qui s’est tenu à Mouans-Sartoux le samedi 9 février.


Place Jean Jaurès, 9h. Des dizaines de personnes se bousculent déjà devant les stands à peine installés, et ce malgré le froid. Premier arrivé, premier servi ! « Il y a des gens qui viennent par besoin, et d’autres qui ont un comportement un peu prédateur. Mais ça, je m’y attendais. Dans la mesure où c’est gratuit, certains se disent « je vais prendre et revendre sur internet » », nous explique une exposante. « Il y a même des gens qui se disputaient les objets ! » Quand nous demandons à une autre exposante si elle a trouvé son bonheur ailleurs, elle répond avec humour : « Ah non, je suis là pour vider ma maison, pas pour la remplir ! » A l’inverse, un homme, les bras chargés d’objets divers, nous confie : « Je suis venu par curiosité, pour voir si ce serait la foire d’empoigne, mais je ne voulais rien prendre. Et finalement, ça se passe très bien, et j’ai trouvé pas mal de choses ! »

Le concept s'étend jusqu'à la buvette, ou chacun amène et prend ce qu'il veut. Photo : J.M.

Quelques minutes après l’ouverture du marché, il y a déjà foule. Photo : J.M.

L’évènement est orchestré par Colibris 06, une association « issue des idées de Pierre Rabhi (philosophe français, ndlr), du point de vue de l’humanisme, de l’écologie et de la solidarité », nous explique une organisatrice. C’est la première fois qu’ils organisent cette gratiferia, un concept inventé en Argentine par un jeune lassé de jeter des objets à chaque déménagement. Les membres de Colibris 06 comptent bien renouveler l’expérience dans d’autres villes : « On espère l’étendre à Valbonne ou à Vence par exemple. »
Lors de votre prochain ménage de printemps, ne jetez plus vos objets encombrants ! Venez plutôt le 6 avril à la prochaine gratiferia du département dont le lieu reste à définir.

Plus d’infos ici.

Jérôme Morin
Romane Idres