Le Budget en ligne de mire

Les élus cannois se sont retrouvés à l’hôtel de ville annexe de La Ferrage, ce lundi 11 février, à l’occasion du premier conseil municipal de 2013. L’ordre du jour comptait soixante délibérations. Ce premier vote a été animé par les débats autour du budget primitif de 2013.

2013-2014 : « une volonté et une obligation »

« Faire toujours mieux avec moins », tel était le leitmotiv répété par l’adjoint délégué aux finances Max Artuso durant la présentation du budget primitif devant le conseil municipal. « Notre budget n’arrive pas au milieu de rien, il est la poursuite d’une politique affirmée depuis 12 ans. » Cette année, la politique cannoise en matière budgétaire sera orientée vers la rigueur sur les dépenses publiques et le désendettement progressif de la ville.

Les élus en train de débattre sur le budget.  Photo : V.V.

Les élus en train de débattre sur le budget. Photo : V.V.

Pour arriver à ces fins, l’un des objectifs premiers est que « l’ensemble des dépenses de la ville soit à un niveau inférieur à celui de l’inflation. » Dans la continuité des années précédentes, le budget proposé prévoit une baisse du personnel administratif avec seulement un départ en retraite remplacé sur trois. Néanmoins, les effectifs de police ne subiront pas cette diminution. Interpellé par l’opposition, très active tout au long des débats, Max Artuso a tenu à préciser que « les frais de personnel sont inférieurs à la moyenne française. Nous préférons augmenter les compétences du personnel pour ne pas recruter à chaque fois. »

Le conseil municipal a voté en faveur du maintien des investissements, à hauteur de 60 millions d’euros. Selon Max Artuso « Cannes est un lieu d’investissement dans le secteur local. On doit l’encourager, ne pas ralentir malgré situation actuelle compliquée. »

« La ville de Cannes a une dette. Nous avons entamé une diminution de cette dette pour la sixième année consécutive. On a eu des résultats un peu meilleurs que l’objectif prévu . » Les propos de Bernard Brochand concernant la dette ont été plutôt rassurants pour une partie des élus. La politique de désendettement progressif de la ville « sera menée à bien ».

Des résultats satisfaisants

Tout au long de la séance, Bernard Brochand s’est félicité des réussites budgétaires de la ville de Cannes. « Notre ville est la seule en France à pouvoir investir et diminuer la dette » Plus tard, il ajoute : « Le taux d’imposition n’a pas augmenté depuis 12 ans, ce qui représente une véritable performance. » De son côté, Max Artuso, n’a pas manqué de rappeler à l’opposition que la célèbre agence de notation Standard & Poor’s évaluait les investissements et la dette cannoise de façon positive. « S&P nous a adressé un double A, équivalent à un 18/20. Nous pouvons nous satisfaire de cette situation. »

Notons que l’opposition de droite, avec en première ligne Philippe Tabarot, ainsi que celle de gauche, ont voté contre le budget. Ils ont vivement critiqué les choix de la municipalité et le non-respect des engagements.

Victor Vasseur