Spotted, le nouveau cupidon 2.0

Vous aviez l’habitude de vous rendre sur des sites de rencontres tels que Meetic, eDarling ou même Adopteunmec pour trouver l’amour ? Et bien maintenant pour rencontrer la personne qui vous correspond, il faut aller sur Spotted. Petit avantage, la personne que vous recherchez, vous l’avez déjà vue en vrai… comme ça pas de mauvaises surprises.

Spotted, « repéré » en anglais, est le nouveau phénomène à la mode sur Facebook. Il s’agit d’une page du réseau social qui permet au « likeur » de la page de transmettre son message d’amour, à une personne déjà repérée mais qui ne le sait pas encore, tout en garantissant l’anonymat des auteurs. Et oui, il est arrivé à tout le monde d’échanger des regards dans les transports avec quelqu’un et que cette personne parte sans même être venue vous parler…
Spotted provient d’une mode étudiante anglaise qui s’étend de l’Allemagne à la France, en passant par la Belgique. Le concept qui s’inspire de la série Gossip Girl (une anonyme qui diffuse sur un blog des potins sur ses amis) mais aussi de la rubrique « Kiss & ride » du quotidien gratuit Métro. En France, Spotted a envahi plusieurs communautés : lycées, bibliothèques universitaires ou encore villes entières.

La région, elle non plus, n’a pas échappé au phénomène Spotted. Photo : capture écran

La région, elle non plus, n’a pas échappé au phénomène Spotted. Photo : capture écran

Le Spotted de l’Université Sophia Antipolis comporte environ 1 700 personnes. Cependant il reste bien loin du Spotted de l’Université de Lyon 3 qui regroupe 9 100 adeptes.

Une technique de rencontre amusante…

Spotted permet même aux plus timides de déclarer leur flamme, de retrouver leur coup de foudre du bus ou de la bibliothèque. Les amis peuvent également se faire des blagues en s’envoyant de « fausses déclarations d’amour » drôles et amusantes. Un jeu de devinettes commence alors. Pas étonnant que le phénomène rencontre un large succès auprès du public étudiant. Exemple : « Grand, teint bronzé, dreadlocks blondes, yeux clairs (bleus ou verts)…
Je te vois tous les jours mais tu ne me vois pas. Je ne sais rien de toi, ni prénom, ni âge, mais je me satisfais de peu. Je te croise toujours à la BU mais je ne suis qu’une inconnue à tes yeux. Parfois seul ou accompagné, un jour j’espère que ça sera avec moi que tu prendras un café… Une jeune femme qui ne s’ennuie pas de te voir. »

Spotted ne dévoile pas l’identité des utilisateurs. L’administrateur est lui aussi anonyme. Avec les risques que les données soient utilisées à d’autres fins qu’à leur objectif initial…
Finalement, Spotted comprend les mêmes dérives que celles de Facebook de manière générale. Il offre une plateforme facilement accessible aux commentaires insultants. L’administrateur devient bien plus qu’un entremetteur amoureux entre plusieurs milliers de personnes, puisqu’il doit alors jouer le rôle de modérateur.

Roman Ardeois