Le Monkey Club ouvre ses portes aux Cannois

Vendredi 8 février, environ 500 jeunes Cannois se sont rendus au Monkey Club, la nouvelle discothèque « hype » de la ville, ouverte tous les vendredis et samedis, de 23h30 à 5h30.

L’attente était grande pour cette ouverture, qui avait été repoussée d’une semaine. Au rendez-vous, environ 500 personnes voulant tester la nouvelle boîte de David Bartoli, gérant du Loulou Club et des Plages Electroniques. Malgré un dress code assez décontracté, l’ambiance bling bling était bien présente : « les gens étaient insupportables » témoigne un jeune homme de 20 ans. Musique commerciale et atmosphère laissant à désirer, l’ouverture du Monkey Club a plus été un flop qu’une réussite. La boîte n’était même pas encore prête à ouvrir ses portes à la clientèle, avec une peinture encore fraîche à certains endroits de la terrasse, laissant une impression de « préparation de dernière minute ». Beaucoup d’avis mitigés et, en fin de compte, de déçus, pour cette ouverture tant attendue. Beaucoup se sont plaints de l’organisation. En effet, l’attente à l’entrée était longue, les gens se poussaient dans la queue et perdaient patience. Une altercation assez violente a d’ailleurs eu lieu à l’entrée de l’établissement. Au bar, trop peu de serveurs étaient présents, provoquant le mécontentement de nombreuses personnes qui attendaient leurs boissons, lesquelles étaient, étonnamment, à des prix assez modérés. Malgré tout, la bonne humeur était de la partie et un groupe d’amis et l’envie de s’amuser sont la formule parfaite pour passer une bonne soirée.

Costanza Bertella