Sa Majesté fait son cirque place Masséna

Vous avez manqué le Carnaval de Nice ? Pas de panique, Buzzles débriefe pour vous le défilé de dimanche. Et toute la cour de Sa Majesté Carnaval était conviée pour l’occasion.

Deux semaines déjà que le Roi parade sur la place Masséna, mais il ne semble pas s’en lasser. Pire, il avait encore besoin de se sentir adulé. Ciel bleu et bain de foule : voilà les ingrédients d’une après-midi réussie pour Sa Majesté. Et des dizaines de milliers de curieux ont répondu présent pour l’ultime défilé diurne de l’édition 2013. Dragons, geishas, troubadours et ménestrels ont transporté petits et grands dans l’univers coloré du maître de la ville.

Roi

Sa Majesté règne sur Nice depuis 140 ans. Cette année, les « 5 Continents » étaient à l’honneur.
Photo: V.B.

La dérision comme marque de fabrique carnavalesque

hollande

La coutume veut que chaque personnalité politique ait droit à sa caricature. Ici, François Hollande et Angela Merkel.
Photo: V.B.

Dix euros sur le promenoir ou vingt euros en tribunes, pour observer ce triste spectacle ?

Rassurez-vous, à la vue des dix-huit chars, plus imposants les uns que les autres vous oublierez la somme. Faire un tour du monde en 90 minutes : c’est le challenge proposé aux carnavaliers qui ont dû rivaliser d’audace et d’imagination pour relever le défi. La divinité hindoue Kâlî, reconnaissable grâce à ses bras multiples, devance le dragon asiatique en soie.  Entre alors en piste la délégation américaine, présidée par l’archétype du « self made man » conduisant une décapotable, cigare au bec. La « french touch » n’est évidemment pas absente, puisque l’américain moyen surplombe la foule, écrasant un hamburger et arborant fièrement son Coca-Cola.

C’est bien connu, les hommes politiques prennent parfois la grosse tête, une attitude qu’ils n’ont pas mis de côté pendant le Carnaval. Une pointe d’ironie qui ne laisse pas Sandra indifférente. « Après Chirac et Sarkozy les saisons précédentes, j’étais impatiente de découvrir ce que C. Pignataro, le responsable artistique, avait imaginé pour Hollande et Merkel. Et je suis agréablement surprise ! ». En effet, quand le couple franco-allemand tente de ne pas faire chavirer le navire européen, c’est la danseuse de flamenco et l’apollon en carton qui n’en finissent pas de ramer –au sens propre comme au figuré. Enfin, que dire de Poutine et son inlassable jeu de poupée russe ?

Le Carnaval, c’était mieux avant ?

Pendant que des milliers de spectateurs s’émerveillent devant les chars, d’autres regrettent l’aspect trop commercial du Carnaval. Hugues, Niçois d’origine, est venu assister au corso pour faire plaisir à son fils : « C’est lui qui m’a demandé de venir. Cet événement est juste un attrape-touristes venus contempler les faux artistes de rue et les « grosses têtes » pas vraiment novatrices. Pour nous les Niçois, il a perdu de son charme et de son authenticité. » A peine le temps de lever les yeux pour admirer la Statue de la Liberté qu’une retraitée s’exclame : « Aujourd’hui, on a l’impression que les azuréens viennent presque par obligation, puisque c’est notre culture. Mais quand on voit le peu d’enthousiasme des figurants, on se demande s’ils sont là pour faire la fête ou juste pour empocher de l’argent ».

La petite Émilie ne partage pas cet avis. Elle s’amuse sur le char consacré à l’Afrique, bombes à confettis dans les mains et yeux qui pétillent. « J’adore lancer des confettis sur le public, voir que les gens sont heureux d’être là. C’est comme si c’était l’été avant l’heure ».  Ça tombe bien, puisque le Roi des 5 Continents resurgit sous les applaudissements des spectateurs, signe de la fin de l’hiver et du retour des beaux jours.

Le dernier corso illuminé, prévu le mardi 5 mars au soir a été annulé, avant les festivités de clôture et l’incinération du Roi repoussées à jeudi 7 mars.

Le Carnaval en images ICI

Vincent Bourquin