Carnaval de Nice : Le Roi des cinq continents embrase les spectateurs

Ce jeudi 7 mars, la fin de la 130eme édition du carnaval de Nice a réuni quelques milliers de spectateurs. Au programme : incinération du roi des 5 continents et embrasement de la colline du château. La rédaction de Buzzles s’est rendue sur place pour vous.

Les prévisions météorologiques capricieuses n’ont pas éloigné les spectateurs. C’est à peine entré dans le centre-ville de Nice que l’on aperçoit tous les passants converger vers le bord de mer, lieu des festivités.
Des spectateurs de tous horizons venus pour l’incinération du Roi des 5 continents
Dans les rues on retrouve enfants en pyjamas crocodiles, jeunes qui vont voir le feu d’artifice avant de sortir en soirée étudiante ou chefs d’entreprise à la sortie du travail, le téléphone encore à l’oreille. On parle russe, français, espagnol, anglais… Si le thème de cette année est le tour du monde avec un Roi des 5 continents, les spectateurs semblent eux aussi issus de divers horizons géographiques ou sociaux. Au fur à mesure, le sol se remplit de confettis, la musique devient plus forte, les gendarmes mobilisés pour l’occasion plus nombreux, et l’on commence à se faufiler entre toutes les personnes regroupées face à la mer sur la Promenade des Anglais. Et voilà, la plage bondée, les enfants qui jettent des cailloux dans la mer, les appareils photos sortis et le speech incessant de l’animateur… « Carnaval 2013, dans une poignée de minutes, l’inhumation du Roi des 5 continents ! Le ciel est avec nous ! Et tout de suite au micro, notre député maire, Monsieur Christian Estrosi !» Le maire remercie « le patriotisme niçois » pour cette tradition, promet une très belle cérémonie, et annonce le thème de l’année 2014 : la gastronomie mondiale.

Un feu d’artifice aux couleurs du monde

La musique se lance. On entend des critiques dans le public « il est pas encore rayé le disque après quinze ans d’utilisation ? » qui se taisent dès les premières flammes sur le Roi des 5 continents. A peine les dernières flammes disparues dans les eaux, le premier coup du feu d’artifice retentit. On nous avait promis sept tableaux très distincts inspirés de divers pays du monde, alors tout le monde s’essaye à deviner les métaphores. « Les feux rouges et jaunes ce ne serait pas l’Espagne ? ». La musique espagnole et les petits feux en tourbillon qui rappellent la danse de la salsa confirment les hypothèses. Vient ensuite la Chine avec les formes assez rondes des feux, dans les tons rouge et blanc, de concert avec une musique asiatique remixée à l’occidentale. Un raccourci dans le choix des musiques un peu lourd : des gros tamtams pour symboliser l’Afrique, des accordéons pour le Pays de Galles, un Gangnam style pour la Corée et une musique inspirée de la traditionnelle Troïka pour la Russie… Après on ne sait plus où on est. Toutes les couleurs et formes d’artifices s’enchaînent, avec du Gotye, C2C, Rihanna ou encore un final sur les notes de Melody Gardot.
La fête continue après la clôture des festivités du Carnaval
Cela fait 20 minutes qu’il pleut mais personne ne s’en était rendu compte. Après un tonnerre d’applaudissement, le public se précipite sur la Promenade des Anglais. Les festivités de clôture ont donné aux spectateurs énergie et joie : ils s’amusent tous à se jeter confettis et bombes de couleurs sur un air de La vie en rose. On entend les crieuses de bonbons, et les Niçois qui parlent d’aller boire un verre : le carnaval, c’est fini, mais la fête, elle, continue.

Léa Reguillot

Photos de Charlotte Palau et Léa Reguillot