Une matinée avec le Mouvement Européen de Cannes

Le Mouvement Européen de Cannes s’est réuni pour la seconde fois de l’année ce samedi 23 mars à l’Espace Mimont. L’occasion pour les adhérents de discuter, d’échanger et de réagir sur les récents évènements qui se sont déroulés dans la zone euro.

 Il est 9h30. L’Espace Mimont, situé au Logis des Jeunes de Provence, se remplit doucement. Petit à petit, les adhérents affluent. Ce matin, une vingtaine d’europhiles est  rassemblée.  Autour des tables, peu de jeunes, mais des Européens convaincus avec une idée commune : l’Union Européenne est une chance. En janvier dernier, ils avaient longuement débattu sur l’Irlande, qui venait juste de prendre la tête de l’UE pour six mois. Cette fois-ci, le ou plutôt les sujets abordés sont bien différents : la montée de l’euroscepticisme, la crise chypriote, les jeunes, les futures élections européennes…

Le Mouvement Européen de Cannes se retrouve une fois pas mois,  à l'Espace Mimont. Photo : VV

Le Mouvement Européen de Cannes se retrouve une fois pas mois, à l’Espace Mimont. Photo : VV

Les élections européennes en ligne de mire

Cette élection, bien sûr, est dans la tête de tous les adhérents du Mouvement Européen, de Cannes mais aussi de toute la France. Pour lancer le débat, Chantal Ingham, experte dans les questions européennes, fait part de l’un de ses billets écrit pour le Huffington Post et publié le 26 mars : « La Commission a lancé un signal politique au Conseil européen. » Elle s’interroge et interpelle sur les possibles résultats des élections européennes (22 et 25 mai 2014) : « Si la situation politique et économique n’évolue pas, elles se caractériseront par deux phénomènes : l’absentéisme et la victoire des eurosceptiques. » Cette victoire des  eurosceptiques, chaque partisan de l’UE la redoute. Et pour cela, le ME (Mouvement Européen) désire « casser le mur avec tous les clichés qui existent », selon l’un des adhérents. Ils souhaitent aussi un véritable débat, « pas comme en 2009 ! », s’exclame Xavier, le nouveau président de l’association.

L’une de leurs actions futures est de s’impliquer dans ces élections européennes, notamment à travers les manifestations du 9 mai prochain. Le but : éviter un taux d’abstention élevé, comme en 2009. Cette année là, le record d’abstention de 57,2%, établi en 2004, avait été battu. En moyenne, 56,9 % des citoyens européens (59,35% en France) ne s’étaient pas rendus aux urnes. Autour des tables, quelques voix s’élèvent : « précisons tout de même que dans certains pays, le vote était obligatoire. Je pense notamment à la Belgique, au Luxembourg ou encore à la Grèce. Le taux d’abstention aurait pu être bien plus bas. »

L’actualité au cœur des débats

Le Mouvement Européen Cannois abordant la polémique sur les récents événements à Chypre. Photo : VV

Le Mouvement Européen Cannois abordant la polémique sur les récents événements à Chypre. Photo : VV

L’actualité de ces dernières semaines n’est pas non plus en faveur des europhiles. Depuis deux semaines, les finances chypriotes sont dans le rouge… De quoi faire réagir les adhérents. Pour l’un d’eux, l’entrée de l’île peut être remise en cause : « Chypre est un paradis fiscal. Ils blanchissent de l’argent sale, accueillent des investissements russes, lui permettant ainsi de rentrer dans l’espace méditerranéen. » Car après l’accord trouvé entre les différents partenaires européens dans la nuit de dimanche à lundi, c’est bien la Russie qui va être l’un des pays étrangers le plus touché. Le plan prévoit, entre autres, une hausse de l’impôt sur les sociétés (qui passerait de 10 % à 12,5 %), le démantèlement de la seconde banque du pays, mais aussi la taxation des avoirs à la hauteur de 30% pour les titulaires de comptes de plus de 100 000 euros. De quoi inquiéter Moscou …

L’actualité de la semaine a aussi été marquée par la démission de Jérôme Cahuzac, le ministre délégué chargé du Budget. Sans attendre, François Hollande a nommé son successeur. Sur ce point, Chantal Ingham remarque : « C’est très révélateur de voir que Bernard Cazeneuve, anciennement ministre délégué aux Affaires européennes, est à présent au budget. » Une question que soulèvera peut-être le Mouvement Européen de Cannes le 20 avril prochain lors de sa future réunion.

 

Victor Vasseur

Publicités