Référendum : le crémant d’Alsace est resté au frais

Les Alsaciens étaient appelés aux urnes ce dimanche pour un référendum historique. Les citoyens devaient se prononcer sur la fusion du conseil régional et des deux conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. A l’arrivée, les partisans du non l’emportent. Mais l’on retiendra surtout l’abstention.

Pour que le oui s’impose, il fallait évidemment obtenir 50 % des voix plus une dans chaque département, mais aussi que 25 % des électeurs inscrits sur les listes électorales soient favorables au projet dans chacun des deux départementsAlors avec seulement 35,11 % de participation dans le Bas-Rhin et 37,18 % dans le Haut-Rhin, il était bien difficile d’obtenir ce seuil des 25 %.

Le non l'emporte au référendum sur l'unification de l'Alsace. Crédit :afp.com/Philippe Huguen

Le non l’emporte au référendum sur l’unification de l’Alsace. Crédit :afp.com/Philippe Huguen

A l’arrivée, le département du Haut-Rhin a voté non à 55,74 %. Le département du Bas-Rhin a voté pour à 67,53 %, mais n’atteint pas le chiffre des 25 % d’inscrits favorables (23,71 %). Le projet ne verra donc pas le jour.

Parmi les opposants au projet, le Front de gauche et le Front national, quelques élus locaux de l’UMP et nombre d’élus PS. A l’inverse, le gouvernement, lui, y était plutôt favorable.

La fusion devait simplifier la prise de décisions et réaliser des économies. Elle aura maintenant du mal à voir le jour dans d’autres régions…

A retrouver sur societheoucafe

Jérôme Morin