Le PSG domine Nice et s’envole vers le titre

Quatre jours après l’élimination du Paris Saint-Germain par Evian TG (1-1, 1-4 aux tirs au but) en Coupe de France, le leader du championnat devaient se racheter devant son public. Il l’a fait avec brio et s’impose aux dépends de l’OGC Nice (3-0) dans un match à sens unique.

On voit mal le PSG ne pas remporter le championnat de France. A cinq journées de la fin de la compétition, la messe semble dite. Surtout lorsque les joueurs de Carlo Ancelotti jouent au niveau qui doit être le leur, celui d’une équipe dont l’effectif est l’un des plus compétitifs d’Europe. Dimanche soir, le club de la capitale attendait de pied ferme l’OGC Nice, en quête d’un nouvel exploit face à l’équipe du prince Al-Thani, dans un Parc des Princes qui affichait complet. En décembre dernier, les azuréens avaient réussi à faire déjouer la dream team parisienne en l’important 2 à 1. Avec la victoire de Lyon, Marseille et Lille, les protégés de Claude Puel se devaient de gagner pour croire encore à la Ligue des Champions. Mais les Niçois n’y sont jamais parvenus et pour preuve, zéro occasion et seulement un tir cadré sur les 90 minutes.

Les Parisiens font rayonner le Parc des Princes. Photo: AB

Les Parisiens font rayonner le Parc des Princes. Photo: AB

Un Thiago Silva « taille champion »

 Une défense intraitable et un pressing haut, voilà la recette de la victoire parisienne. Appliqué dans la relance et impassable derrière, le duo défensif Sakho-Thiago Silva a réduit l’attaquant niçois Dario Cvitanitch, d’ordinaire très prolifique devant le but (14 buts en championnat cette saison), à l’état de fantôme. L’Argentin n’a eu que quelques maigres ballons à se mettre sous le pied et n’a pas réussi à concrétiser la moindre occasion. La faute au Brésilien Thiago Silva, qui a démontré une fois de plus toute sa classe. Il aurait pu parapher sa prestation de haut vol par un but incroyable (une frappe de l’extérieur du pied droit, le long de la ligne de sortie de but) si l’arbitre Tony Chapron ne l’avait pas refusé car le ballon était sorti in extremis avant la frappe de l’ancien Milanais.

Zlatan Ibrahimovic plane sur la L1. Photo: DR

Zlatan Ibrahimovic plane sur la L1. Photo: DR

Un match à sens unique

Dès les premières minutes du match, supporters et téléspectateurs ont vite vu que les aiglons étaient dépassés. A la cinquième minute, c’est Zlatan Ibrahimovic qui donnait sa première frayeur aux quelques Niçois venus supporter leurs favoris. Bien servi par Javier Pastore sur le côté gauche, le Suédois frappait sur le poteau du portier niçois Ospina qui semblait battu. Une première alerte qui ne fait pourtant pas réagir les coéquipiers du capitaine niçois Didier Digard. C’est Jérémy Ménez qui a concrétisé la domination parisienne à la 10eme minute, en poussant au fond des filets une offrande de Pastore qui venait d’effacer Ospina (1-0). La seule véritable occasion niçoise du match intervient deux minutes plus tard avec un centre-tir de Kolodziejczak. En deuxième période, David Ospina donnait un coup de main à un PSG qui n’en demandait pas tant. Après une action manquée de Ménez, le Colombien se fait contrer dans sa surface par Lavezzi qui a bien surgi pour lui chiper le ballon, Ospina le tacle irrégulièrement et le petit Argentin s’effondre. La soirée cauchemardesque du gardien rouge et noir s’est soldée par son expulsion et par un penalty pour ses adversaires. Zlatan Ibrahimovic, qui avait raté un penalty mercredi, s’empare du ballon et inscrit son 27ème but en 29 matchs de championnat joués (2-0). Pour conclure une soirée particulièrement heureuse pour le club de la capitale, c’est Clément Chantôme, rentré en cours de match qui inscrit un troisième but. Sur un superbe mouvement entre Lavezzi, Ibrahimovic et Matuidi, le Suédois délivre un caviar pour Clément Chantôme. A trois à zéro, la messe est dite !

Ospina est passé au travers de son match. Photo: DR

Ospina est passé au travers de son match. Photo: DR

Si le Parc des Princes a souvent fait les titres de l’actualité pour des faits de violence, lors de la rencontre, Renato Civelli a déposé un bisou dans le cou de Zlatan. Le Suédois n’a pas accepté les avances de l’Argentin et un début d’altercation a eu lieu. Finalement, les deux joueurs se sont souri, tapé dans la main et congratulés à la fin du match.

Civelli aussi aime Zlatan... un peu trop ! Photo: DR

Civelli aussi aime Zlatan… un peu trop ! Photo: DR

Paris sur la voie royale, Nice devra lutter

Quelques jours seulement après  « l’accident » en Coupe de France, le PSG avait à cœur de retrouver de la sérénité. C’est chose faite avec cette 21eme victoire en championnat cette saison. Mais qui arrêtera le rouleau compresseur parisien ? Peut-être Evian TG, qui tentera de jouer un autre mauvais tour aux joueurs de Carlo Ancelotti. Rendez-vous dimanche 28 avril à 21h.

Avec 9 points d’avance et une différence de buts de +35 par rapport à son dauphin Marseille, le club de la capital est sur la voie du titre. Les Parisiens pourraient d’ailleurs être sacrés champions dans 15 jours si, dans le même temps, l’OM et l’OL commettent un faux pas.

Les Niçois devront batailler jusqu’au bout s’ils veulent ne pas récolter une « place en chocolat ». Si le rêve d’une qualification en Ligue des Champions est certainement parti en fumée hier après la défaite, les rouges et noirs ne sont qu’à deux points d’une place qualificative pour l’Europa League.

Axel Bluteau

Simon Hue