Le buzz de la semaine : la sortie de GTA V

Dans la communauté mondiale des gamers, ce n’est pas qu’un petit buzz, c’est un tsunami ! Attendu depuis cinq ans, encore plus fermement depuis le recul de la date de sortie annoncé fin 2012 (le jeu devait initialement sortir en mai 2013), le cinquième opus de la saga Grand Theft Auto est enfin disponible.

Les termes « GTA V » et « Grand Theft Auto V » se sont retrouvés régulièrement dans la liste des sujets tendances Twitter depuis lundi soir. Les fils Facebook et Instagram sont saturés de photos de la jaquette du jeu dans les mains des joueurs comblés. Les médias du monde entier abordent cette sortie par tous les angles possibles. Et Buzzles ne pouvait pas passer à côté de ce phénomène.

Le jeu le plus cher du monde

220 millions d’euros. C’est ce que le développeur principal, Rockstar North, a dû débourser pour produire le jeu. Une somme largement rentable : des estimations basées sur leurs précédents succès commerciaux prévoient un bénéfice d’un milliard de dollars dans la première année de vente, avec 25 millions d’exemplaires achetés. Le site internet du Monde a quant à lui mis en ligne une vidéo ludique pour présenter les chiffres liés au jeu, les comparer, et conclure qu’il devrait rapporter 1,2 milliards d’euros. Pas de souci à se faire donc pour le successeur de GTA IV, qui reste à ce jour le produit culturel le plus rentable jamais produit. Il avait généré 310 millions de dollars de bénéfices en seulement 24 heures, GTA V en a généré 800 millions sur la même durée ! Le milliard a été atteint trois seulement après sa mis en vente.

Files d’attentes, clients à cran, livraisons avancées

Rockstar va enquêter sur les raisons d’une vente prématurée de certaines enseignes et des livraisons avancées d’Amazon. Certains fans se sont retrouvés en possession du jeu le week-end dernier, trois jours avant la sortie officielle ! Dès samedi après-midi, on pouvait se le procurer dans des magasins spécialisés, et même des enseignes généralistes telles que Leclerc à partir de lundi. Une journaliste a tweeté en direct certaines scènes se déroulant samedi après-midi, dans le quartier République à Paris :

Plus raisonnables, des centaines de personnes ont fait la queue devant les boutiques pour attendre l’ouverture.

A la hauteur des meilleurs blockbusters

Il n’y a pas que par son budget faramineux que le jeu de Rockstar peut être comparé aux plus grosses productions hollywoodiennes. Toute la presse s’accorde à dire qu’il est un monument d’écriture, de graphisme, de mise en scène, et de pertinence. Finie l’époque où on critiquait de toutes parts la saga parce qu’elle « prônait » la violence gratuite et les conduites immorales, où il n’était considéré que comme un simple défouloir. L’American Way of Life est clairement pointé du doigt, critiqué, remis en question. A travers les trois personnages du jeu, ce sont les États-Unis d’aujourd’hui que Dan Houser, créateur du jeu, met en scène. Rien n’est laissé au hasard. Les quartiers de Los Santos, réplique de Los Angeles, recréent le clivage entre États républicains et démocrates, riches et pauvres, entre un downtown dynamique et des banlieues à l’abandon. Les personnages sont des orphelins de l’American dream. La trame et les dialogues comportent de nombreuses et fines références politiques et des allusions à la crise économique.

Techniquement, GTA V pousse les consoles PS3 et Xbox 360, déjà considérées vieilles et bientôt renouvelées par la PS4 et la Xbox One, dans leurs derniers retranchements. Le contenu est gigantesque, la carte a la plus grande superficie de jeu jamais développée. Il faut 6 minutes pour conduire du nord au sud par exemple. L’animation est évidemment plus fluide que dans les versions précédentes, et la BO toujours aussi soignée (The Small Faces, Kavinsky, du hip-hop west-coast…)

Une aire de jeu immense et réaliste pour les gamers du monde entier. Image : capture/Google

Une aire de jeu immense et réaliste pour les gamers du monde entier. Image : capture/Google

Humour noir et ironie

Les usagers du web se sont, comme toujours, exprimés sur cet événement, et certains n’ont pas pu s’empêcher de sombrer dans l’humour noir en évoquant la fusillade de Washington.

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour qu’un fait divers soit lié au jeu : un jeune britannique de 23 ans s’est fait poignarder et dérober des biens personnels en pleine rue mardi. Ironie du sort, l’agresseur a aussi pris l’exemplaire du jeu que la victime avait acheté seulement quelques instants auparavant.

La réalité s’invite partout dans GTA V, espérons que l’inverse reste un phénomène limité.

Lucie Hovhannessian