Lui : des enquêtes, de l’érotisme et du sexisme

Frédéric Beigbeder, probablement le plus célèbre « fils de pub » de sa génération, relance le magazine Lui, disparu en 1994. Une revue « érotico-chic » à destination des « hétéro-connards » (qui le dit?). Regard féminin sur le contenu d’un magazine masculin : le bilan est mitigé.

A première vue : plus de formes (féminines) que de fond

Quand on le feuillette une première fois, on oscille entre la réplique d’un magazine féminin et celle d’un magazine érotique. D’abord, des pubs, des pubs, encore des pubs : 22 pages au total avant de tomber sur le premier papier,  à savoir, l’édito de Beigbeder. Parfois esthétiques, parfois indigestes, en tout cas bien trop présentes.

Tournons les pages suivantes : des femmes nues, des poitrines, des hanches, des cuisses. Parfois de très beaux clichés « érotico-chics », notamment dans le dossier sur Léa Seydoux. Mais d’autres sont plus choquantes, à en faire hurler les associations féministes. Notamment celle où une femme prend sa douche devant un homme en costume en train d’uriner. A la limite entre l’érotisme et le sexisme ordinaire. On comprend mieux l’expression de Beigbeder, « l’hétéro-connard. »

"Certaines photos peuvent laisser un peu perplexe..." crédit R.I.

« Certaines photos peuvent laisser un peu perplexe… » crédit R.I.

Et finalement, si c’était intéressant ?

Au milieu de tout ça, tout de même, quelques articles disséminés par-ci par-là. Certains sont plutôt pertinents dans leur genre, plutôt courts, mais qui ont le mérite de nous apprendre quelque chose, notamment dans la rubrique « le saviez-tu ? » On y apprend par exemple comment certains titres de presse britanniques publient des photos « glamour », qui esthétisent les conflits notamment la guerre en Syrie.

En ce qui concerne les articles de fond, deux dossiers très intéressants : le premier a pour problématique « Peut-on établir un lien entre cocaïne et crise de 2008 ? », le second retrace le parcours de Daniel Domscheit-Berg, co-créateur de Wikileaks. Des dossiers bien construits, instructifs et plutôt complets.

Quelques détails agaçants, tout de même…

Si la plupart des articles se lisent bien, il y a certains détails qui pourraient irriter les lecteurs. A commencer par une forme d’autisme parisien très lassant. Sur neuf adresses conseillées en France dans la rubrique « Le monde est à Lui », huit se trouvent à Paris. Et dans des arrondissements de choix : 8ème, 9ème, 1er… Un peu dommage.

Et puis, la réduction de la femme à un objet sexuel… Outre les photos, certains articles flirtent avec le sexisme. Le supposé « portrait » de Najat Vallaud-Belkacem est réduit au récit du fantasme obsessionnel du journaliste que la ministre des Droits des femmes lui inspire. Le style d’écriture peut plaire, mais le fond est assez creux. Mais ce n’est pas ce qu’il y a de pire. Dans les dernières pages, une rubrique intitulée « Et pour vous, mademoiselle » : au programme, le top 3 de l’épilation du maillot selon Lui. Avec en prime, l’adresse d’un institut à Londres. Merci messieurs !

 Pour vous faire une idée sans dépenser 2,90€ : http://www.lui.fr/

Romane Idres