« Les Jours Heureux », un hommage au CNR

En salle depuis le 6 novembre, le nouveau documentaire de Gilles Perret « Les Jours Heureux » décortique la genèse du Programme du Conseil National de la Résistance.

Ce programme, nous en entendons peu parler. Et pourtant, il est le cœur de notre système social. A la Libération en 1944, le Conseil National de la Résistance – composé de nombreux résistants issus de différents courants politiques – a mis en place la sécurité sociale, la retraite par répartition, les comités d’entreprise, réaffirmé la liberté de la presse vis à vis des pouvoirs économiques

Avec ce film, Gilles Perret rend hommage à ces résistants et se questionne sur l’héritage du CNR. Le réalisateur suit Léon Landini, va à la rencontre de Stéphane Hessel et Raymond Aubrac (tous deux décédés pendant le tournage du film), et donne la parole à l’historien spécialiste de la sistance Laurent Douzou.

Les Jours Heureux, « quand l’utopie des résistants devint réalité » est dans les salles depuis le 7 novembre. Un documentaire émouvant et captivant retraçant une époque importante de l’histoire française.

« Les Jours Heureux » est le quatrième film du réalisateur Gilles Perret. D.R

« Les Jours Heureux » est le quatrième film du réalisateur Gilles Perret. D.R

La rédaction de Buzzles a rencontré Gilles Perret lors de l’avant-première au Festival du Livre de Mouans-Sartoux :

Avant d’avoir rencontré Walter (ancien résistant et personnage central dans son dernier film), connaissiez-vous le programme du Conseil National de la Résistance ?

Pourquoi entend-on si peu parler du CNR ?

Avec les séquences où vous interviewez Jean-François Copé, François Bayrou, Nicolas Dupont- Aignan et Jean-Luc Mélenchon, ou lorsque vous diffusez des extraits de discours de Nicolas Sarkozy et François Hollande, on constate de leur part une récupération à des fins politiques de l’histoire du CNR, pour quelles raisons ?

Aujourd’hui, les valeurs du CNR sont de plus en plus bafouées…

C’est étrange qu’un documentaire sur le CNR soit si compliqué à produire, non ?

Pourquoi avez-vous appelé votre film « Les Jours Heureux » ?

Victor Vasseur

Publicités