Cannes Connection

Porter la mafia, habituée aux machinations de l’ombre, en pleine lumière. Rien que ça ! Pour l’ouverture de la IXes édition des Rencontres de Cannes vendredi 6 décembre, le secret mafieux était à l’honneur au Théâtre Croisette.

« Quand le secret se met au service du crime, c’est la facette la plus hideuse du secret ». Voilà comment perçoit le secret mafieux Gérard Desportes, fondateur de Médiapart et Rédacteur en chef de ce colloque. Les propos d’avant-débat d’Ollivier Pourriol, philosophe et ancien chroniqueur du Grand Journal, sont plus modérés. « Contre le froid métallique de l’Etat, des guichets, le mafieux représente la chaleur de l’incarnation d’un chef ». Pour tous, la mafia reste une entité énigmatique qui rebute autant qu’elle fascine. Une table ronde en compagnie de journalistes basés en Corse et à Marseille et spécialistes de la corruption s’imposait.

Du Mexique au Japon, sans oublier l‘Italie ou celle de Russie, la mafia s’internationalise. (crédit: Nathan Gourdol).

Du Mexique au Japon, sans oublier l‘Italie ou celle de Russie, la mafia s’internationalise. (crédit: Nathan Gourdol).

Le mythe sicilien

Marlon Brando dans le Parrain, Al Pacino dans Scarface… Pourtant la pègre sicilienne n’existe pas qu’au cinéma. « Les Siliciens parlent par énigme. Mon propre père, d’orignie sicilienne, me parlait par énigme à table. J’en avais une peur bleue« , confie José d’Arrigo, journaliste natif de Marseille. « En analysant les écoutes policières, on remarque que les mafieux n’utilisent jamais le mot de ‘mafieux’ mais se désignent comme des ‘hommes d’honneur’« , ajoute Fabrice Rizzoli, spécialiste de la criminalité. « Mais l’Italie est devenu le pays de l’anti-mafia depuis plus d’un siècle. L’Italie ose emprisonner ses élites mafieuses, contrairement à la France« .

L’épine dorsale de la corruption

En France, la mafia passe pour inexistante. Pour la justice, elle n’est pas la priorité. Il n’existe aucune loi qui permette de combattre efficacement contre ces réseaux. Aujourd’hui tout le système permet de dévier facilement de la loi française. José d’Arrigo remarque que « depuis Lille, jusqu’à Nice en passant par Paris et Grenoble, les méthodes des filous, des bandits sont les mêmes que ceux des carriéristes qui font de la politique à Marseille« . Et c’est ce que déplorent tous les intervenants. Il est difficile pour un maire, à l’heure actuelle, de lutter contre la mafia, car il ne trouve aucun recours. « L’arrivée d’internet et des réseaux sociaux va aider à l’avenir à mieux faire circuler les informations  » selon Hélène Constanty. De quoi contourner la loi du silence si chacun y met du sien, car comme l’a conclu Fabrice Rizzoli,  »le fatalisme est le meilleur allié des mafieux ».

Lucile Dalmasso et Méline Escrihuela