Fabrice Arfi : « Nous, journalistes, le secret est notre ennemi »

Luc Jousse, maire de Roquebrune-sur-Argens dérapait sur les Roms jeudi 5 décembre, en raillant ces derniers. Il déclarait lors d’une réunion : « Ils se sont mis le feu dans leurs propres caravanes ! Un gag ! Ce qui est presque dommage, c’est qu’on ait appelé trop tôt les secours ! ». Une des personnes présentes à la réunion envoie aussitôt un enregistrement audio de ses déclarations à Mediapart, relayé par Hélène Constanty, journaliste au sein du pure player. Fabrice Arfi revient pour nous sur cet événement, énième exemple d’une actualité difficile à traiter.

Fabrice Arfi (Crédit photo Romane Idrès)

‘’En France, il est normal qu’il y ait une culture du rendre compte’’ a assené Fabrice Arfi lors du débat.(Crédit Romane Idrès)

« Un démenti, n’est qu’un démenti, et depuis quand croit-on des hommes politiques sur parole ? »

Entre démentis, confirmations et accusations, site d’information Mediapart traite de dossiers à nombreux rebondissements. Pour Fabrice Arfi, membre de la rédaction, dans l’investigation il ne faut jamais faire confiance aux politiciens, «  On est pas là pour être le relai complaisant de la parole des uns et des autres » :

« Je me moque de la critique »

Mediapart est tour à tour critiqué et encensé. Fabrice Arfi affiche un certain détachement vis-à-vis de ces commentaires. Par ailleurs, comme beaucoup de journaux, Mediapart fonctionne sur le système de « feuilleton » : reste t-il encore des éléments à révéler concernant le maire de Roquebrune-sur-Argens ?

Selon lui, afin de produire une information fiable, la protection des sources est nécessaire et l’anonymat en est un élément essentiel.

Jessica Coudurier