décembre 08

Étiquettes

La Mystic River, pas prête de livrer ses secrets

Pour cette dernière journée sur le thème des « Secrets Intimes », les Rencontres de Cannes  projettent au Théâtre Croisette le chef d’œuvre cinématographique Mystic River, signé Clint Eastwood. Un film bouleversant, qui mêle secrets d’enfance et réalité.

Dave, Sean et Jimmy sont trois amis d’enfance de Boston. Lorsqu’il était jeune, Dave a été obligé de monter dans la voiture d’un inconnu, devant les yeux innocents de ses amis. Il est séquestré et violé pendant quatre jours, avant de s’échapper. Vingt-cinq ans après, l’assassinat de la fille de Jimmy va les amener à se retrouver. Alors que ce père dévasté recherche le meurtrier, le secret des anciens amis refait surface.

L’homme se fait passer pour un policier et emmène Dave (avec la casquette) (photo DR)

L’homme se fait passer pour un policier et emmène Dave (avec la casquette) (photo D.R.)

Un secret jamais enterré

Jimmy Markum, interprété par Sean Penn, est bouleversé par la découverte du corps de sa fille Katie, assassinée à 19 ans. Tout en acceptant la réalité, il essaye de refouler son désir de vengeance. Il ne le comblera qu’après avoir trouvé et tué le meurtrier. Pour l’aider, Sean Devine (Kevin Bacon) mène l’enquête. Vingt-cinq ans après, son ami d’enfance est devenu inspecteur de la police criminelle.

Mystic_River_11960_Medium

Sean et Jimmy se retrouvent pour arrêter le meurtrier de Katie (photo DR)

En background, le secret de Dave Boyle flotte autour d’eux. On voit cet homme errer dans les rues, la mine grave. Tel un fantôme, il semble hanter les lieux depuis toujours. Il a le regard loin, ailleurs. Un personnage totalement démoli à l’intérieur comme à l’extérieur, joué par Tim Robbins. Vingt-cinq ans plus tard, nous comprenons que le traumatisme est encore présent dans leurs souvenirs. Ils ne sont pas sortis indemnes de cette scène, les uns comme les autres. Comme si tous étaient montés dans cette voiture, comme le pense Sean.

La Mystic River, reflet d’une société

Et au milieu coule la Mystic River, emblème de Boston. Elle est comme le témoin de tous les crimes commis. Elle renferme tous les secrets de cette ville, investie par la mafia.

Mystic River Tim Robbins

Sans apparaître vraiment, la rivière est toujours présente (photo : D.R.)

On se sent attiré par elle, mais les plans de la caméra ne s’attardent jamais sur la rivière. Tout comme ses secrets, elle est inaccessible. Parallèlement, nous voyons Jimmy, ancien mafieux, tentant de chasser ses démons du passé. Nous observons Sean, essayer de renouer les liens avec sa femme. Et puis Dave, sombrer toujours plus bas, sous les yeux de son épouse Céleste, de plus en plus effrayée. Whitey Powers (Laurence Fishburne) est le témoin de cette décadence. Sergent noir-américain et collègue de Sean, il tente de découvrir le secret des trois amis. Ce qui l’amène à se poser des questions sur le meurtrier de Katie. Serait-ce son petit ami Brendan ? Ray Harris, l’ancien complice de Jimmy devenu son pire ennemi ? Ou Dave Boyle, ce personnage mystérieux que tout semble incriminer ? Le dénouement est encore plus troublant, et la Mystic River emporte avec elle une partie du secret.

Mystic River est un film qui tient en un mot : mystère. Un secret résolu en amène un autre, comme si les personnages étaient tous voués à vivre avec. Telle une malédiction, elle les suit partout sans les quitter. Nous doutons nous-mêmes de ce que nous prenions pour acquis. De quoi terminer parfaitement ces Rencontres.

Juliette Redivo