Brétigny : un rail à l’origine de l’accident, la SNCF et RFF mis en cause

Selon un rapport rendu public ce vendredi, la catastrophe de Brétigny-sur-Orge est due à la fissuration d’un rail. L’organisme d’experts indépendants relevant du ministère des transports met en cause les défaillances techniques d’un rail.

L'accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge est le plus meurtrier depuis 25 ans. (D.R.)

L’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge est le plus meurtrier depuis 25 ans. (D.R.)

Le Bureau d’enquête des accidents de transport terrestre (BEATT) accable la SNCF et le Réseau Ferré de France (RFF). Il aura fallu six mois pour déterminer les raisons exactes de l’accident, qui a fait sept morts et trente-deux blessés, survenu le 12 juillet dernier.

A l’entrée de la gare de Brétigny, « le troisième wagon du convoi est venu butter contre une éclisse, sorte d’agrafe reliant deux rails au niveau d’un appareil de voie. Un des boulons d’attache a alors fonctionné comme un tremplin pour le train, ce qui a provoqué son déraillement » indique le BEATT. Sur cette même éclisse, un boulon s’avérait déjà manquant et deux autres étaient desserrés.

« Matériel vétuste et maintenance aléatoire »

Les experts ciblent également la construction d’un pont routier à proximité de la gare dans les semaines précédant l’accident : les rails pourraient s’être progressivement désolidarisés à cause des vibrations des travaux.

Le rapport rappelle qu’il était « fréquent de voir un boulon manquer à l’appel, sans que cela ne suscite beaucoup d’inquiétude ». Et de conclure : « Le matériel vétuste et une maintenance légère et aléatoire a conduit à cette tragédie. »

Guillaume Pépy, le PDG de la SNCF, a assuré qu’il ne ferait pas appel en cas d’une probable mise en examen.

Vincent Bourquin