Quelques dates qui ont forgé la légende de Jonny Wilkinson

Jonny Wilkinson est l’un des plus grands du monde du rugby. Tout le monde le perçoit comme le joueur idéal. Et il l’est. Pourtant sa carrière n’a pas été un long fleuve tranquille. Rétrospective.

Saison 1997-1998 : Wilko fait ses débuts dans le monde professionnel avec les Newcastles Falcons.  A l’époque, le joueur n’a que 18 ans et il est évidemment méconnu du grand public. En équipe une, il joue centre puisque le numéro 10 est réservé à l’international anglais (71 sélections) Rob Andrew. Dès la première saison son équipe est championne d’Angleterre.

Jonny Wilkinson, ici contre les Harlequins, a débuté en professionnel à 18 ans. (Crédit Photo : Colorsport)

Jonny Wilkinson, ici contre les Harlequins, a débuté en professionnel à 18 ans. (Crédit Photo : Colorsport)

22 mars 1998 : Jonny est rapidement amené à porter le maillot du XV de la rose. C’est lors du tournoi des 5 nations qu’il est pour la première fois convoqué par Clive Woodward, le sélectionneur de l’époque. Mais jugé trop tendre, Jonny restera sur le banc.

4 avril 1998 : Pour la dernière journée du tournoi, les Anglais rencontrent l’équipe d’Irlande. Ce match marquera un tournant dans la carrière de Jonathan Peter Wilkinson, puisqu’en cours de match il prendra la place de Mike Catt et célèbrera sa première sélection avec le maillot blanc et rouge.

1999 : Jonny devient indiscutable avec le XV de la rose. Lors du tournoi des cinq nations, il est titularisé à toutes les rencontres, mais en qualité de centre, puisque le numéro 10, indiscutable à l’époque, est encore Mike Catt. Ensuite, lors de la coupe du monde, Jonny joue deux des trois matchs de poules de son équipe. Il est également titulaire lors du match de barrage contre les Fidji, avant d’être remplaçant lors du quart de finale perdu contre l’Afrique du Sud. Ce qui créera d’ailleurs une polémique outre-manche, puisque les supporters réclamaient la titularisation du jeune ouvreur.

Juillet 2001 : En sélection Jonny bat de nombreux records (nombre de points pour un anglais en sélections, nombre de points d’un anglais lors d’un match du tournoi des 5 puis des 6 nations). En récompense, Jonny est appelé pour la première fois avec les Lions Britanniques.

Du haut de ses 24 ans, Jonny Wilkinson sera à jamais l’auteur du drop qui offrira son premier titre continental à l’Angleterre. (Crédit Photo : Reuters)

Du haut de ses 24 ans, Jonny Wilkinson sera à jamais l’auteur du drop qui offrira son premier titre continental à l’Angleterre. (Crédit Photo : Reuters)

2003 : L’année de toutes les folies pour Jonny. On peut à l’époque déjà parler de l’apogée d’une carrière, alors que le demi d’ouverture n’a que 24 ans. Au début de l’année civile, les Anglais semblent inarrêtables. Ils font le grand chelem et roulent sur tous leurs adversaires. Jonny est pour la première fois promu capitaine contre l’Italie. En juin, lors des tests internationaux le XV de la rose remporte ses deux matchs contre l’Australie et les All Blacks. Evidemment on passe l’épopée des joueurs de Clive Woodward à l’occasion du mondial, lors duquel Jonny Wilkinson devient un héros outre manche avec son drop salvateur à 26 secondes du terme de la rencontre contre l’Australie. Wilko est élu sportif de l’année par l’IRB (International Rugby Board) et reçoit l’ordre de l’Empire britannique, titre symbolique dans le royaume.

Le 10 décembre 2003, Jonny est le plus jeune sportif britannique à avoir reçu l’ordre de l’empire britannique. (Crédit photo : PA)

Le 10 décembre 2003, Jonny est le plus jeune sportif britannique à avoir reçu l’ordre de l’empire britannique. (Crédit photo : PA)

2004-2009 : Jonny est toujours l’un des chouchous du public anglais. Dès qu’il est en état il est appelé avec le XV de la rose. Mais le joueur enchaîne les blessures (16, pour 38 mois d’indisponibilité) et n’arrive pas à revenir à son niveau de 2003. Dans son malheur, Jonny dispute tout de même la coupe du monde 2007 et emmène son équipe en finale, même si les anglais laisseront leur titre aux Springboks.

Entre 2004 et 2009 et à cause des blessures, Jonny Wilkinson connaît 38 mois d’indisponibilité soit plus de trois années.

Entre 2004 et 2009 et à cause des blessures, Jonny Wilkinson connaît 38 mois d’indisponibilité soit plus de trois années.

2009 : Alors que sa carrière tourne en rond, un homme décide de lui donner une seconde chance. Mourad Boudjellal qui a pour projet de construire la plus grande équipe d’Europe fait appel au demi d’ouverture champion du monde. Ce dernier qui a besoin de couper avec son quotidien morose accepte. Il quitte alors Newcastle, son club de toujours. Un choix salvateur, puisqu’il retrouvera également le XV de la rose fin 2009.

C’est Mourad Boudjellal, président du RCT qui relance sa carrière en le faisant signer en 2009. (Crédit Photo : ledauphine.com)

C’est Mourad Boudjellal, président du RCT qui relance sa carrière en le faisant signer en 2009. (Crédit Photo : ledauphine.com)

2011 : Jonny s’est imposé comme le leader de jeu du club de la Rade. Il convint même le nouveau sélectionneur, Martin Johnson, qui fera appel à lui pour la coupe du monde en Nouvelle Zélande. Wilko dispute alors sa 4ème coupe du monde.

Décembre 2011 : Après un mondial raté (élimination contre les bleus de Marc Liévremont en quart de finale), Jonathan Peter Wilkinson annonce la fin de sa carrière internationale.

18 mai 2013 : Les toulonnais affrontent l’ogre Clermontois en finale de Coupe d’Europe. C’est d’ailleurs la première disputée par Sir Jonny. Après un match compliqué, les joueurs de Bernard Laporte arrachent la victoire, à la suite d’un essai de Delon Armitage (16-15). Avec 11 points inscrits, Jonny est le meilleur réalisateur de cette finale et est élu meilleur joueur européen de l’année par l’ERC. 2 semaines plus tard, les Toulonnais laissent échapper la finale de Top14 au profit du Castres Olympique.

24 mai 2014 : Après sa victoire de la saison précédente, le RCT est le favori à sa succession. Et Jonny n’a aucunement l’intention de laisser échapper ce titre. Objectif réussi puisqu’après un parcours effectué sans embuche, les Toulonnais atteignent la finale. Après un match maitrisé contre les Saracens (23-6) les hommes de Bernard Laporte conservent leur titre et remportent la dernière Heinekein Cup de l’histoire.

31 mai 2014 : Après l’échec de la saison dernière, Jonny le perfectionniste ne peut pas laisser échapper une deuxième finale de Top14. Après un match compliqué et haché, les Toulonnais font tomber le champion Castrais 18-10. Jonny fait un 100% en inscrivant 15 des 18 points de son équipe. A la suite de ce doublé, au sommet de son art, Jonny annonce la fin de sa carrière, en grand seigneur.

Après un doublé Europe/Championnat, Jonny Wilkinson décide de raccrocher les crampons. (IconSport)

Après un doublé Europe/Championnat, Jonny Wilkinson décide de raccrocher les crampons. (IconSport)

Pierrick Ilic-Ruffinatti