janvier 07

Fusillade à Charlie Hebdo, les réactions affluent

En fin de matinée ce mercredi 7 janvier, le siège du journal Charlie Hebdo, situé 10 rue Nicolas Apper dans le 11e arrondissement de Paris, a été victime d’une attaque à l’arme automatique. Selon la préfecture de police, le bilan est de douze morts. Suite à l’attaque, les réactions de personnalités publiques se multiplient.

François Hollande sur place : « Aucun acte barbare ne saura jamais éteindre la liberté de la presse. Nous sommes un pays unis qui saura réagir et faire bloc. »

Le député-maire de Nice, Christian Estrosi a jugé cette attaque « inadmissible et intolérable« . Le député UMP de Paris Bernard Debré, a quant à lui déclaré sur l’antenne d’Europe 1 qu’il s’agissait « d’un crime terroriste, il n’y a plus de droite ni de gauche, nous sommes en guerre contre le terrorisme« . « Émoi et stupéfaction » pour le député UMP et président du conseil général des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, qui a souhaité apporter son « soutien à la rédaction du journal« .

Les secours sont sur place suite à l'attaque qui a visé Charlie Hebdo (Soren Seelow)

Les secours sont sur place suite à l’attaque qui a visé Charlie Hebdo (Soren Seelow)

François Hollande a déclaré sur son compte Twitter : « Aucun acte barbare ne saura jamais éteindre la liberté de la presse. Nous sommes un pays unis qui saura réagir et faire bloc. » Par ailleurs, le président prendra la parole ce soir à 20 heures depuis l’Élysée.

La Maison blanche a fermement « condamné » cette attaque.

Le député Européen Jean-Luc Mélenchon a dénoncé la « lâcheté » des meurtriers et a fait part de son « chagrin » quant à l’attaque de Charlie Hebdo.

Le Conseil du culte musulman condamne un « acte barbare contre la démocratie« .

Le président du conseil italien Matteo Renzi s’est dit « horrifié et choqué » par l’attentat, tout en apportant son « soutient à François Hollande« . Ce dernier affirme que « la violence perdra toujours contre la liberté« .

« Mes premières pensées se tournent vers les nombreuses victimes de cet attentat barbare » a déclaré Nicolas Sarkozy. Le président de l’UMP qui a pris la parole depuis le siège du parti a appelé au « rassemblement » de la république « frappée au cœur« , affirmant que les « coupables de cet acte barbare doivent être châtiés avec la plus extrême sévérité« .

Le ministre Cazeneuve et la maire de Paris Anne Hidalgo près des locaux de Charlie Hebdo ce matin (Martin Bureau/AFP)

Le ministre Cazeneuve et la maire de Paris Anne Hidalgo près des locaux de Charlie Hebdo ce matin (Martin Bureau/AFP)

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve en direct de l’Élysée : « Notre pensée va aux victimes, à leurs proches et à l’ensemble des journalistes qui se battent pour la liberté de l’expression« . Le ministre évoque « trois criminels » impliqués dans l’attentat. « Nous renforçons les moyens partout sur le territoire » a précisé Barnard Cazeneuve concernant la sécurité.

Tariq Ramadan, le philosophe, professeur et islamologue a condamné avec une « colère profonde » l’attaque de ceux qui ont « trahis et souillés les principes et valeurs de la région islamique« . Il a également exprimé sa « sympathie et ses condoléances aux familles des victimes« .

Pour le premier ministre Manuel Valls, la France est « touchée dans son cœur » et chaque citoyen est « horrifié » par l’attaque contre Charlie Hebdo.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s’est dit « consterné » par cette « attaque contre la liberté de la presse« .

John Kerry, le secrétaire d’État des États-Unis s’est exprimé en français pour déclarer: « les assassins ont proclamé aujourd’hui que Charlie Hebdo est mort, ils ont tort ». Il a notamment réaffirmé ce message : « aujourd’hui, demain, en France, à travers le monde, le pouvoir de la liberté d’expression vaincra« .

Paul Kempenich et Élie Julien