Cannes : 400 personnes réunies pour Charlie Hebdo

À Cannes, devant l’hôtel de ville, près de 400 personnes se sont rassemblées, mercredi 7 janvier, comme dans plusieurs autres villes françaises. L’occasion de rendre un premier hommage aux victimes de l’attentat perpétré le matin même dans les locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Devant la mairie de Cannes, 400 personnes se sont rassemblées pour rendre hommage aux victimes de l'attentat au siège de Charlie Hebdo. (Crédits photo : MAXPPP)

Devant la mairie de Cannes, 400 personnes se sont rassemblées pour rendre hommage aux victimes de l’attentat au siège de Charlie Hebdo. (Crédits photo : MAXPPP)

« Je suis Charlie. » Trois mots criés à bout de bras, en silence. Un signe de soutien, de compassion, d’identification à ces victimes et à leurs familles. Il est 18h lorsqu’en ce mercredi 7 janvier, près de 400 personnes se rassemblent devant l’hôtel de ville de Cannes, à l’appel du maire David Lisnard. L’heure est au recueillement, après l’attentat perpétré dans la matinée au siège de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui a fait douze morts.

Liberté d’expression, démocratie et République attaquées

« Charlie n’est pas mort. » Dans son discours, David Lisnard appelle « tous les républicains à brandir les dessins de Charlie. » Ajoutant : « Je n’ai pas peur de le faire à visage découvert. » Le silence est respectueux mais pas pesant. Les visages sont concentrés et visiblement très émus. « En s’attaquant à des journalistes, ils attaquent la liberté d’expression et la démocratie, poursuit le maire. En s’attaquant à des policiers, ils attaquent la République. »

Une dizaine de minutes plus tard, au son de la Marseillaise, une gerbe de fleurs est déposée au pied du monument aux morts du parvis de l’hôtel de ville. Un moment de recueillement pour ne jamais oublier le triste constat formulé par le maire. « Ils sont morts pour des dessins. »

Paroles de Cannois :

David Lisnard, à propos du rassemblement :

 

Suzanne Shojaei

Camille Degano

Retrouvez plus d’actualités des médias sur L’Oeil de l’Info.

Les drapeaux sont mis en berne dans tout le pays, à partir du jeudi 8 janvier et pendant trois jours. (Crédits photo : Thibault Cordier)

Les drapeaux sont mis en berne dans tout le pays, à partir du jeudi 8 janvier et pendant trois jours. (Crédits photo : Thibault Cordier)