[FIPA] L’incroyable histoire de Nina Simone

Dans un documentaire saisissant intitulé « The Amazing Nina Simone », Jeff Lieberman fait revivre l’artiste exceptionnelle et la militante pour l’égalité des droits civiques.

Nina Simone restera comme une artiste hors du temps (DR)

Nina Simone restera comme une artiste hors du temps (DR)

Une figure influente, tant dans la musique que dans la lutte pour l’égalité des droits civiques. Nina Simone aura marqué de son empreinte plus de cinquante décennies. Son grain de voix, sa technique, ses textes et sa personnalité de femme émancipée ont fait d’elle une artiste incomparable. Tout au long de sa vie, Eunice Kathleen Waymon de son vrai nom n’a cessé de répondre avec force et pugnacité à un destin pré-établi.

Le documentaire explore les multiples facettes de la personnalité de Nina Simone: comme artiste, comme militante et comme femme. Il effectue un tour complet de sa vie.

A travers les témoignages de ses proches et à l’aide d’archives, le réalisateur nous fait (re)découvrir une femme habitée par la passion de la musique jusqu’au plus profond de son âme. Une femme qui doit également faire face à ses nombreuses contradictions, lesquelles influent en permanence sur ses choix professionnels et privés. La bande son se calque à merveille sur l’orientation qu’à fait prendre Jeff Lieberman au documentaire, notamment concernant les images d’illustrations et les photos. De même, le réalisateur restitue fidèlement la manière dont sont nés les principaux (et nombreux) succès de l’artiste.

Née en 1933 à Tryon en Caroline du Sud, Eunice Waymon fut avant tout une pianiste talentueuse et prometteuse. Désireuse de faire une carrière dans le classique, ses ambitions prirent une autre tournure lorsqu’elle fut recalée au concours d’entrée de la prestigieuse Curtis Institute of Music de Philadelphie. Elle en sera affectée tout son vivant. Pour gagner sa vie, Eunice Waymon commence à chanter dans un club de la même ville, sous le pseudonyme de Nina (à l’origine, la traduction de petite en espagnol) Simone (en référence à l’actrice Simone Signoret). Un répertoire Soul et Jazz, inspiré directement par son père et qui lui vaut de se faire rapidement un nom. Une reprise d’ « I love you, Porgy » de Gershwin et la notoriété vint la cueillir.

Petit à petit, Nina Simone s’impose comme « la prêtresse de la soul », enchainant les tournées triomphales, bien que ses ventes d’albums ne soient pas à la hauteur de son talent. Sa musique, qui parlait d’amour à l’origine est ensuite imprégnée par ses convictions et ses engagements politiques. Nina Simone deviendra une figure influente de la lutte pour l’égalité des droits civiques au sein de la communauté afro-américaine. Tantôt aux cotés du Dr King, tantôt aux cotés de Malcolm X, mais en gardant toujours son indépendance et sa liberté d’action, elle fut le reflet de son époque et de la société.

Désireuse d’échapper aux étiquettes et dotée d’une grande créativité, elle  composera et interprétera un répertoire éclectique. Des chansons qui interpellent, mettent des mots sur des maux ou apaisent, de « Mississipi Goddam » à « Four women » en passant par « Black is the color of my true love’s hair » et la reprise de « Ne me quitte pas » de Jacques Brel.

Viscéralement attachée à sa liberté, Nina Simone laissait apparaitre un caractère bien trempé. Son charisme inspirait la crainte et le respect. Lorsqu’on ne lui donnait pas, elle allait chercher. Comme lorsqu’elle invectivait avec autorité les spectateurs turbulents pendant ses concerts.

Le documentaire nous parle également d’Eunice Waymon, la femme. Sa liberté sexuelle, les hommes qui ont compté pour elle, ses relations chaotiques et sans lendemain.

Travaillée en permanence par des questions existentielles, face à la mort qui décime peu à peu son entourage, on découvre une Nina Simone torturée. Ses excès, ses sautes d’humeur et ses caprices la font passer pour une diva. En réalité, elle se sert de ce statut pour cacher sa maladie. Une bipolarité révélée sur le tard et qui n’aura de cesse de la ronger. Devenue instable, aux prises avec le fisc, la belle et filiforme se transforme, physiquement abîmée par l’âge et les problèmes de santé.

A 70 ans, après 34 albums studio et des milliers de tournées, Nina Simone s’éteint en 2003 à Carry-le-Rouet dans les Bouches-du-Rhône. Elle laisse derrière elle une fille unique et des centaines de milliers d’héritiers.

Erwan Schiex

Retrouvez cet article et beaucoup d’autres sur le 33 Culture Square

Advertisements