Du glamour ensanglanté dans les rues de Cannes

Une manifestation anti-fourrure s’est déroulée samedi 24 janvier à Cannes. Les participants ont protesté contre les tortures infligées aux animaux.

Parures, paillettes, robes habillées… les participants à la marche contre la fourrure n’ont pas manqué d’originalité. L’association organisatrice de cet événement, « Sans voix PACA », a décidé de protester contre les traitements infligés aux animaux tués pour leur fourrure. En tout, 85 personnes, pour la plupart grimées, ont manifesté ce week-end. L’objectif : alerter les consciences. Les participants ont joué le jeu : fourrures maculées de faux sang, joues fardées, chiens maquillés… Parti de la gare pour finir place de l’Hôtel de ville en passant par la rue d’Antibes, le cortège a défilé pendant deux heures pour sensibiliser les Cannois. A la fin de la manifestation, les organisateurs ont retiré leur fausse fourrure pour clamer : « À poil plutôt qu’en fourrure ! ».

Les organisateurs et participants à la manifestation anti-fourrure place de l'hêtel de ville à Cannes. Crédit photo: Camille Maleysson.

Les organisateurs et participants à la manifestation anti-fourrure place de l’hôtel de ville à Cannes. Crédit photo: Camille Maleysson.

« Fourrure, torture ! »

 Malgré la fabrication en masse de vêtements synthétiques, la fourrure séduit toujours. Près de 50 millions d’animaux sont tués pour leur pelage chaque année. C’est la façon  par laquelle les animaux sont abattus qui révolte les manifestants. Ghislaine Lecocq, organisatrice vêtue d’un manteau imitation vison, explique : « Que ce soit électrocution, ébouillantage, coups sur la tête, rien n’est épargné aux animaux. Ce sont des êtres sensibles qui souffrent aussi ». La manifestation est une belle victoire pour les militants, avec plus de 1 000 tracts distribués et 500 signatures récoltées.

Camille Maleysson

Ninon Fauchart