Qui veut la peau du Monde diplo ?

En 2014, Le Monde diplomatique n’a pas bénéficié du fonds stratégique pour le développement de la presse. C’est ce que nous apprenait le mensuel sur son site en ce début d’année, alors qu’il demeure le journal français le plus lu à l’étranger.

Après une année 2013 durant laquelle Le Monde diplomatique flirtait déjà avec la sortie du classement, le journal est sorti de la liste des titres de presse bénéficiaires du fonds stratégique pour le développement en 2014. Une décision surprenante puisque ces aides publiques ont pour but “d’éclairer le jugement des citoyens” et entendent soutenir l’expansion de la presse française dans le monde, selon l’énoncé du décret 2014-659 du 23 juin 2014 en rapport avec l’attribution du fonds. Le Monde diplomatique est pourtant le journal le plus lu à l’étranger, avec près de 2,4 millions d’exemplaires tirés annuellement et déclinés en 28 langues. Dans l’Hexagone, le mensuel tire en moyenne 142 104 exemplaires selon les chiffres de l’OJD en 2013. Un tirage en baisse donc, puisqu’il sortait près de 20 000 exemplaires de plus chaque mois en 2009. En ce qui concerne l’année 2014, Le Monde diplomatique n’apparaît même pas sur le bilan Audipresse qui recense l’audience des titres de presse en France dans son rapport.

Contacté par la rédaction de Buzzles, le service de l’attribution du fonds au sein du ministère de la Culture a notamment expliqué l’absence du Monde diplomatique de la liste par sa périodicité mensuelle. Selon l’article D 19-2 des conditions d’attribution de l’aide, les quotidiens et hebdomadaires présentent une périodicité plus apte à bénéficier du fonds stratégique pour le développement de la presse. Elsa Amenta, responsable de ce service, expliquait que la section 3 des conditions d’attribution permettait en 2013 au mensuel de percevoir l’aide de l’État. Cette aide visait à compenser le manque à gagner des entreprises de presse à l’étranger, et s’élevait à 18611 euros pour Le Monde diplomatique. En comparaison, le quotidien L’Equipe a bénéficié de 730438 euros selon les chiffres du bilan du FSDP. En 2014, les conditions d’attribution sont rénovées, et le journal sort de la liste des bénéficiaires. « Nous sommes dans une période de resserrement sur l’information politique et générale quotidienne et hebdomadaire » confirme Mme Amenta. On retrouve ainsi parmi les attributaires Closer ou encore Le Journal de Mickey tandis que le journal dirigé par Serge Halimi se voit couper les vivres pour la raison qu’il ne présente pas la périodicité favorisée par les conditions d’attribution.

monde diplomatique article

Triste cadeau de l’Etat au Monde Diplomatique, qui fêtait ses 60 ans en 2014. (crédit photo: http://www.monde-diplomatique.fr)

Le pluralisme de la presse mis à mal

Quelqu’un en voudrait-il au Monde diplomatique ? Pierre Carles, réalisateur et documentariste français, s’était questionné sur le sujet dans ses deux courts-métrages “Les ânes ont soif” et “Réponses diplomatiques” dans lequel il partait à la rencontre de présentateurs et d’éditorialistes pour les interroger sur le rayonnement du mensuel en France et à l’étranger. Les réponses étaient parfois erronées, souvent hasardeuses. Certains lui reprochaient sa pensée trop « gauchiste » ou encore son « prisme vis-à-vis du Proche-Orient ». Mais est-ce une raison pour amputer le débat public de son traitement de l’information ?

En ce début d’année, le billet sur le site du journal annonçant le cessation du versement de ce fonds est passé totalement inaperçu. Aucun média sur le web ne l’a relayé. Pour Vincent Lanier, premier secrétaire général du Syndicat National des Journalistes (SNJ), à qui Buzzles apprenait la nouvelle, « ce n’est pas une bonne nouvelle vis-à-vis du pluralisme de la presse ». Pourtant, les récents événements de Paris et l’émergence d’alternatives économiques au sein de l’Union Européenne appellent à ce pluralisme, dans l’intérêt des citoyens.

 Selon la direction du service du fonds stratégique pour le développement de la presse, les critères d’attribution vont être rénovés une nouvelle fois en 2015. Pendant ce temps, Le Monde diplomatique va devoir batailler avec ce manque à gagner. Heureusement, les ventes au numéro sont en hausse depuis juin 2014 par rapport en 2013. Cette année là, le mensuel avait enregistré un résultat d’exploitation négatif de 103 000 euros. Un déficit qui n’aurait peut-être jamais existé si le montant du fonds stratégique pour le développement de la presse avait été à la hauteur de son statut de journal français le plus lu à l’étranger.

Antonin Deslandes