Au Mans, un artiste de musique électro tente de percer

Alors que samples et musique électronique font recette en France depuis la révélation de Fakear, d’autres artistes se lancent dans le même exercice. C’est le cas de Neymad, compositeur à ses heures perdues.

neymad article

Damien tente de rendre Le Mans plus électro avec sa musique. (crédit photo: DR)

Tout commence dans la chambre de Damien, alias Neymad à l’envers, compositeur pas si néophyte que ça dans la musique : « j’ai toujours écouté de la musique. J’ai des potes qui sont musiciens. Tout ça m’a amené à composer peu à peu par curiosité ». Une curiosité vite récompensée par des heures de travail, un acharnement qui donnera naissance au projet de Damien. A l’écoute, sa musique à géométrie variable provoque un soulèvement.

Si le son de Neymad rappelle volontiers les sonorités du jeune prodige Fakear alias Théo Le Vigoureux, le compositeur s’en défend, affirmant être un vieux de la vieille. « De ce côté là, je ne pense pas m’être inspiré de ses sons parce que je samplais déjà avant de l’écouter » raconte Damien. Après avoir découvert Fakear au moment où sa renommée lui a permis d’être présent au premier plan dans les médias culturels, Neymad avoue son admiration pour les autres artistes émergents de l’électro française, tels que Superpoze. « En fait, j’ai un panel large d’influences qui m’inspirent dans ma façon de créer. Je continue à me chercher même si les derniers morceaux Thrills et Lightsome tendent plus vers ce que je suis ».

Écoutez les deux titres ici :

Se découvrir en faisant de la musique

« Je me suis vraiment lancé dans la musique il y a deux ans. Je postais alors mes réalisations sur ma page Soundcloud ». En deux ans, Damien a mûri avec ses sonorités et à l’intérieur de sa musique. « Au fur et à mesure j’ai découvert la bass music et le downtempo qui m’ont influencé dans mon processus de création » décrit-il. Au final, aucun morceau de sa médiathèque ne se ressemble ni se compare. Les influences tantôt électro, tantôt chill revêtent des couleurs exotiques avec de nouveaux beats aux éclats rap et hip-hop. Un plus pour l’artiste qui fait valoir une musique riche et sincère.

A 28 ans, le Manceau se lance désormais et contre toute attente dans la musique. Encore inconnu il y a quelques mois, il n’y a pas de doute que 2015 sera l’année de la révélation, avec quelques dates à travers la France et le travail sur un premier EP d’ici la fin d’année ou pour début 2016.

Lucile Moy

Plus d’articles sur les artistes émergents français à retrouver sur Efflorescence Culturelle.