En Turquie, bientôt une prison réservée aux LGBT

Le ministère de la Justice turc a lancé la construction d’une prison réservée aux détenus LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels), une violation des droits de l’homme qui ne facilitera pas l’entrée du pays dans l’Union Européenne.

Selon Courrier international, la Turquie a lancé la création d’une prison uniquement destinée aux détenus LGBT, après avoir été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme pour discrimination envers un détenu homosexuel. C’est là la seule solution qu’a trouvé la Turquie pour lutter contre les incessantes agressions faites à la communauté homosexuelle dans le pays, et notamment dans ses prisons.

turquie gay pride lgbt

La marche des fiertés à Istanbul. (Crédit photo : Oren Ziv)

Bien que l’homosexualité ne soit pas sanctionnée par le code pénal turc, la violence contre les personnes LGBT est très courante dans le pays. La dernière Gay Pride d’Istanbul, en juin 2014, avait réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes selon Libération, et s’était en effet déroulée sous la plus haute surveillance.

Isolement

Avant ce projet d’une prison réservée aux LGBT, la solution pour « protéger » les homosexuels était de les placer en cellule d’isolement (une option rendue possible grâce à un rapport médical signé par un psychiatre, l’homosexualité étant considérée comme une maladie), loin des autres détenus et donc loin des agressions. Un isolement accepté rapidement par les détenus, même par ceux qui l’avaient d’abord refusé : entre insultes, agressions et harcèlement, que ce soit de la part des autres prisonniers ou des gardiens, ils finissent souvent par céder sur l’exclusion que la prison cherchait à leur imposer depuis le début. Cet isolement est pourtant illégal, puisque la loi turque indique qu’il est réservé aux détenus condamnés à une peine de prison à vie, à ceux souffrant d’une maladie contagieuse et à ceux qui font l’objet de sanctions disciplinaires.

lgbt droits turquie

Les personnes LGBT manifestent pour leurs droits à Istanbul. (Crédit photo : Lavieenrose.fr)

Après la plainte récente d’un détenu, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a convenu que les prisons turques agissaient de manière discriminatoire, alors que la Turquie se défendait en expliquant que les détenus LGBT pouvaient choisir d’être placés à l’isolement pour leur sécurité. C’est après la décision de la CEDH que le ministère de la Justice turc a émis l’idée de construire cette prison réservée aux détenus LGBT. C’est évidemment une solution qui ne convainc pas les associations homosexuelles : c’est selon elles un projet qui ne ferait qu’accroître les discriminations. Leur proposition : des quartiers homosexuels dans des prisons « normales ». Egalement discriminatoires, mais dans une moindre mesure, et surtout nécessaires dans un pays où les violations des droits de l’homme sont monnaie courante.

Emilie Unternehr