Le handball féminin en quête de reconnaissance à Nice

Nice n’a pas qu’un club de football parmi l’élite du sport français. Son équipe de handball féminin, qui fait partie des dix meilleures formations de l’Hexagone, ne suscite pourtant pas de véritable engouement.

La section féminine de l’OGC Nice handball évolue depuis trois ans en première division. Le club, qui s’est sauvé de justesse la saison dernière, nourrit des ambitions en cette fin de championnat. « Nous souhaitons atteindre les six premières places, qui nous permettraient de lutter pour le titre et peut-être obtenir une qualification européenne » confie l’entraineur Sébastien Gardillou. Un objectif réalisable pour une équipe classée 9ème, à deux points de la 5ème place. Insuffisant toutefois pour faire venir les Niçois.

 

Les joueuses de l’OGC Nice handball à l’entraînement. (Crédit photo : Loris Bavaro)

« Nous voulons grandir »

L’OGC Nice dispute ses matchs à domicile dans la salle des sports Charles Ehrmann, de moins en moins adaptée selon son président Ange Ferracci : « C’est une petite salle qu’on a pu réaménager pour le confort des joueuses et des spectateurs. Mais nous voulons grandir. Si un jour nous devions accueillir 1 500 personnes, elle sera insuffisante ». Une vision nuancée par son entraîneur : « Pour l’instant, nous ne dépassons pas les 400 spectateurs ». Le club s’est pourtant donné les moyens d’attirer plus de public. Cléopatre Darleux et Alexandra Lacrabère, la gardienne et la capitaine de l’équipe de France, ont rejoint les rangs du Gym en début de saison.

Photo : salle Charles Ehrmann. Légende : Une salle Charles Ehrmann de plus en plus vétuste. (Crédit photo : Loris Bavaro) Une salle omnisports au Palais des expositions ?

Une salle Charles Ehrmann de plus en plus vétuste. (Crédit photo : Loris Bavaro)

Une salle omnisports au Palais des expositions ?

Christian Estrosi, le maire de Nice, semble avoir reçu le message. Il a annoncé lors des élections municipales un projet d’aménagement du Palais des expositions en salle omnisports de 5 000 places. Selon Ange Ferracci, « cela permettrait d’accueillir des compétitions européennes ». Et par la même occasion, d’élargir le cercle de supporters.

Des Ultras niçois pour le handball féminin

Depuis un an, des ex-ultras de l’OGC Nice, baptisés Li Barbets Nissarts 1792, se rendent chaque semaine dans une salle de sport de la ville pour y supporter un club. Ils souhaitent montrer « que l’on peut très bien s’amuser dans d’autres sports, de manière plus populaire et moins business », eux qui ont été déçus par le « déménagement à l’Allianz Riviera », selon un de leurs membres. Ils sont déjà venus encourager plusieurs fois les filles du club. Voilà de quoi animer une salle des sports Charles Ehrmann qui sonne souvent creux.

Loris Bavaro

Wilhem Lelandais-Foyer