Break the Floor a enflammé le Palais des Festivals

Ce week-end avait lieu la 9ème édition de Break the Floor. Buzzles a assisté pour vous à la compétition en équipe.

Samedi 14 février, 19 heures. La 9ème édition de Break the Floor, qui se tient comme chaque année depuis 2009 au Palais des Festivals, est sur le point de débuter. « Ça fait 6 mois que je travaille sur BTF, la pression monte » nous confie Karim Jabari. A seulement 32 ans, il est l’organisateur et l’animateur de l’événement. L’anchorman réunit les danseurs en coulisses, une trentaine au total, venus de toute la planète pour participer à l’une des plus grandes compétitions de break dance au monde.

karim brief danseurs

Avant le spectacle, Karim jabari s’adresse aux danseurs. (Crédit Photo : Cyrille Ardaud)

Si ces danseurs, tous professionnels, sont venus participer à Break the Floor, ce n’est pas uniquement pour gagner les 3 000 € offerts aux gagnants : la plupart y voient surtout un moyen de représenter leur discipline et leur pays d’origine. « Je suis très heureux d’être ici ce soir, de danser avec les meilleurs » lâche le danseur laotien C-Lil entre deux étirements. Même fierté du côté français. Le Montpelliérain Khalifa de l’équipe Furies n’en est pas à sa première expérience dans la compétition. « J’ai participé à l’édition Summer en 2014. C’est un vrai honneur de revenir. Je suis super content de représenter ma ville, mais je suis surtout là pour prendre du plaisir, faire ce que j’aime.»

Jasim Youkan (alias Karim) briefe les breakers comme le ferait un père ou un grand frère : « On fait tout ce que l’on peut pour vous, pour que vous vous sentiez comme à la maison. On ne vous demande qu’une seule chose : être ponctuel. Quand on vient vous chercher pour votre passage vous devez venir tout de suite, ne pas nous faire attendre », avant de rappeler quelques consignes essentielles « Vous êtes dans l’un des endroits les plus prestigieux du monde, les plus grandes stars sont passées ici. Désormais c’est votre tour, vous devez être irréprochables, il y a des enfants dans la salle. Montrez les vraies valeurs du hip-hop : paix, unité et s’amuser. »

karim jabari pendant BTF

L’organisateur et animateur Karim Jabari pendant le spectacle. (Crédit Photo : Cyrille Ardaud)

Un spectacle exceptionnel

Dès le début de la compétition, Karim enflamme la salle sur un son de DJ Vientiane. Les trois juges, tous danseurs émérites et reconnus (Physicx, Nono, Xisco), entrent en scène dans un tonnerre d’applaudissements, suivis de l’équipe coréenne Morning of Owl, gagnante de l’édition précédente. Les battles s’enchaînent, le niveau est dans l’ensemble très élevé. Pendant trois heures les figures se suivent, toutes plus impressionnantes les unes que les autres.

La scène du grand auditorium du Palais des Festivals a accueilli la 9ème édition de Break the floor. (Crédit Photo : Cyrille Ardaud)

A quelques minutes de la finale, le jeune chanteur Cannetant Lissandro, 15 ans, monte sur scène. Trois chansons interprétées, une première pour lui et une foule conquise. « C’est impressionnant de se retrouver devant 2000 personnes, c’est génial de voir autant de gens applaudir, c’est à refaire sans hésitation » nous lâche-t-il.

danseur équipe BTF Power

Un danseur de l’équipe BTF Power. (Crédit Photo : Cyrille Ardaud)

La finale voit s’affronter les équipes Morning of Owl et Illusion of Exist. Dix minutes de battle, sur le son du groupe de jazz Brooklyn, qui se concluent par la victoire de l’équipe coréenne, pour la deuxième fois consécutive : une première dans l’histoire de Break the Floor.

finale break the floor 2015

Un danseur durant la finale. (Crédit Photo : Cyrille Ardaud)

groupe Brooklyn

Le groupe de jazz Brooklyn a accompagné la finale. (Crédit Photo : Cyrille Ardaud)

A la sortie, c’est un public conquis, enthousiaste et hétérogène, qui nous confie son sentiment. Pas vraiment de spectateur type. Des retraités, des jeunes enfants, des jeunes adultes et des gens de toutes origines et de toutes cultures, avec un seul mot à la bouche : extraordinaire.

Cyrille Ardaud