Cannes : budget 2015, entre équilibre financier et apaisement politique

Lundi 9 février, le Conseil municipal se réunissait pour adopter le budget 2015. La séance a été satisfaisante, tant pour la majorité que pour l’opposition.

« Le budget est un acte grave et majeur ». David Lisnard annonce l’importance de cette longue séance dès le début de sa prise de parole. S’en suit un laïus sur la vertu des actions de l’équipe municipale. Il est vrai que David Lisnard avance de bons chiffres pour 2014. « Un désendettement accéléré » puisque l’emprunt de la ville a été inférieur à celui voté pour le budget 2014, et ceci « sans augmentation des taux d’impôts pour la ville », comme le rappelle régulièrement le maire. Pour 2015, les économies sont toujours de rigueur. Une baisse de 4.7% des dépenses réelles par rapport à 2014 – qui seront au total de 232.4 millions d’euros en 2015 – tout en prévoyant 45 millions d’euros à investir. Parmi les principaux investissements : la rénovation du Palais des Festivals (4,7 millions d’euros) pour dynamiser la ville, ou la modernisation des établissements scolaires (700 000 euros) qui s’inscrit dans l’action sociale et dans la section d’investissement nommée « mieux partager la ville ». D’autres projets ont été annoncés pour la suite du mandat, comme la construction d’une salle des fêtes (avant mi-mandat) ou la création d’un « Guggenheim » cannois dédié au cinéma. David Lisnard insiste aussi sur sa volonté de « descendre sous les 200 millions d’euros de dette à la fin du mandat ».

Vers une cohésion Lisnard-Tabarot ?

tabarot lisnard

Après le déchirement des municipales 2014, les deux groupes UMP sont prêts à mener des débats constructifs / Crédit Photo : Jean-Christophe Magnenet/AFP.

Le 9 octobre 2014, alors qu’il recevait Bruno Le Maire, David Lisnard regrettait l’absence de soutien de l’UMP, qui avait refusé de l’investir lors des municipales de 2014. Philippe Tabarot s’était donc présenté face à lui, et le scénario d’une guerre fratricide au second tour présageait le pire pour la suite. Pourtant, lundi soir, Philippe Tabarot n’a pas caché les points positifs qu’il retenait du budget, concluant son constat par une « abstention constructive » de son groupe. Face à l’étonnement de David Lisnard, Philippe Tabarot a justifié son choix en demandant davantage d’efforts concernant la propreté et la sécurité, et y voit un encouragement « après 7 ans d’opposition à la politique budgétaire » de Bernard Brochand. Le Front national, second groupe d’opposition, a quant à lui voté contre le budget 2015 sans pour autant justifier ce choix. « Un vote négatif constructif ? » a ironisé David Lisnard, déclenchant les rires de la salle. Deux budgets annexes (budgets du Centre de Formation des Apprentis et du crématorium) ont reçu l’approbation de l’ensemble de la salle. Signe que les différends de la droite cannoise semblent être mis de côté… pour le moment.

Emmanuel Durget