Bastia-Nice : Le match du rachat

Ce soir, c’est derby. Un match particulier entre deux équipes qui luttent pour le maintien. Une rencontre qui aura saveur de revanche pour des Niçois battus au match aller. Coup d’envoi 20h, à Furiani.

L’OGC Nice aurait préféré se rendre à Bastia avec l’ambition de jouer les trouble-fêtes dans la course à l’Europe. Il n’en sera rien. Les aiglons ont raté le coche au mois de février. Après un début d’année canon (10 points pris sur 12 possibles), l’équipe de Claude Puel s’est d’abord vue stoppée par Metz sur une pelouse enneigée, avant d’enchaîner deux nouveaux 0-0 contre Nantes à domicile et Lille à l’extérieur. L’entraîneur niçois pourra longtemps regretter les deux buts refusés injustement à Carlos Eduardo sur ces deux matches, privant le Gym de quatre points précieux.

Après cela ? Une prestation en demi-teinte face au voisin monégasque, à l’Allianz Riviera. Une défaite 0-1 à la suite d’une bourde de Kévin Gomis en fin de match. La semaine dernière à Montpellier, les coéquipiers du néo capitaine Papy Mendy concédaient une nouvelle défaite – méritée – après avoir pourtant ouvert le score par Bauthéac. Ces derniers matches posent de nouveau la question du projet emmené par le duo Rivère-Puel.

Le moral n’est pas au beau fixe dans les rangs niçois (Crédit photo: ogcnice.com)

Le moral n’est pas au beau fixe dans les rangs niçois (Crédit photo: ogcnice.com)

Une attaque pointée du doigt

Les récents résultats ont laissé apparaître de réels problèmes offensifs. Et c’est là que le bât blesse. Un seul but marqué sur les cinq derniers matches, c’est la moins bonne série en cours en championnat. Pire, cette unique réalisation est l’œuvre d’un pénalty de Bauthéac transformé la semaine passée à Montpellier. Il faut remonter à la victoire 2-1 contre Marseille le 23 janvier dernier pour voir les aiglons marquer dans le jeu. Ces difficultés ne passent pas inaperçues aux yeux du public. Les supporters grondent, et reprochent de plus en plus au président Jean-Pierre Rivère de ne pas s’être renforcé dans ce secteur au mercato d’hiver. Déjà pointée du doigt en première partie de saison, l’attaque du Gym ne s’est montrée qu’une seule fois à son avantage avec le prolifique déplacement à Guinguamp (2-7). Depuis, le Gym ne s’est imposé qu’une seule fois par plus d’un but d’écart, c’était début janvier face à Lorient (3-1). Le meilleur buteur du club depuis la remontée en Ligue 1, Dario Cvitanich est parti au Mexique. La vraie-fausse arrivée d’Hatem Ben Arfa au mercato d’hiver n’aura finalement causé que du tort à Claude Puel et ses hommes. Hormis le fait de ne pouvoir compter sur un talent international, l’équipe est de nouveau tombée dans son attitude nonchalante. Et c’est cela qui inquiète. Un Valentin Eysseric redevenu fantôme depuis le départ de Ben Arfa, un Carlos Eduardo toujours aussi irrégulier derrière un Alassane Pléa en manque de réussite devant le but. L’effet Ben Arfa s’est estompé. Les joueurs ont repris leurs places de titulaires indiscutables. Effet immédiat : manque d’envie et dégringolade au classement. Et derrière, cela revient fort. Oui, l’OGC Nice va lutter pour le maintien.

Nice-Bastia, c’est toujours chaud (Crédit photo: le JDD.fr)

Nice-Bastia, c’est toujours chaud (Crédit photo: le JDD.fr)

Attendus de pied ferme à Furiani

Et si le club veut arriver le plus rapidement possible aux 42 points, synonymes de maintien, cela passe par un résultat positif sur la pelouse de Furiani, ce soir. Mais cette échéance n’aura rien d’une partie de plaisir. Bastia reste sur une remontée spectaculaire au classement, depuis la reprise de l’équipe par Ghislain Printant et le départ de Claude Makélélé. Vaincus sur leur terrain au match aller 1-0 (sur la seule occasion bastiaise), les aiglons auront à cœur de se racheter auprès de leurs supporters, qui ont prévu pour l’occasion une haie d’honneur sur le chemin du bus vers l’aéroport. Côté insulaire, on se prépare également à l’évènement. Alexy Bosetti, enfant du Vieux-Nice, est la cible des provocations des supporters corses depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Jean-Louis Leca, le portier bastiais, a quant à lui demandé à tous ses supporters de se rendre au stade munis de banderas (drapeau corse), en réaction à la polémique du match aller et des évènements qui avaient émaillé la fin de la rencontre« De notre côté, nous répondrons à l’engagement physique sur le terrain » a-t-il notamment déclaré à l’issue de l’entraînement cette semaine. Un derby qui s’annonce donc bouillant. Aux aiglons de satisfaire des supporters qu’ils ne reverront pas avant le match face au PSG, à l’Allianz Riviera.

Loris Bavaro