FIDJ 2015

Les festivaliers déjeunent là où ils peuvent. Crédit : Loïc Masson