Le musée de la Castre ouvre ses portes aux mal et non-voyants

Dans le cadre de la Semaine du handicap à Cannes, le musée de la Castre, situé sur les hauteurs du Suquet, a organisé jeudi 12 mars une visite unique basée sur le toucher. Buzzles s’y est rendu pour vous.

entrée castre non voyant

Les visiteurs entrent dans le musée.( crédit photo : Cyrille Ardaud)

Le handicap est à l’honneur cette semaine à Cannes : du 7 au 14 mars, la municipalité cannoise propose animations, spectacles, sports et aussi rendez-vous culturels, tous gratuits. Une semaine pour s’amuser, découvrir des activités, chanter, mais aussi pour s’entraider et en parler.

statue etrusque castre

Les non-voyants peuvent toucher les statues étrusques de la collection. (crédit photo : Cyrille Ardaud)

Rendez-vous à 10h jeudi devant les grilles du musée de la Castre qui organise pour la première fois une visite tactile réservée aux mal et non-voyants. Une vingtaine de personnes attendent, accompagnées de trois chiens. « Adamo, Vasco et Denzel occuperont leur poste de chiens-guides pendant 12 ans », nous précise Bernard, un des participants.

chien guide castre

Vasco, l’un des chiens-guides. (crédit photo: Cyrille Ardaud)

Une fois tout le monde à l’intérieur, la visite débute par un discours de Sophie, en fauteuil roulant : « Nous sommes très fiers de dire que la culture pour tous c’est à Cannes et seulement à Cannes ! » C’est parti pour une heure de découverte des cultures à travers le monde.

mains pierre non voyant

Le musée offre une visite tactile aux participants. (crédit photo : Cyrille Ardaud)

Une statue tibétaine, des casse-têtes d’Océanie, des bustes grecs, ou encore un sarcophage étrusque, les participants touchent les différentes œuvres du musée, avec les explications de la guide Marija Matejcic.

Cette visiteuse semble apprécier l’initiative:

 

« On a déjà fait des visites en langue des signes française. Mais cette fois, avec des non-voyants, la décision était plus délicate : il s’agit d’objets fragiles, et le premier rôle des musées est de les conserver. Lorsqu’on touche, on peut facilement dégrader les œuvres, on a donc dû sélectionner de beaux objets qu’on peut toucher sans abimer. Mais on a finalement fait le choix de tenter l’expérience et les participants ont pu toucher des chefs d’œuvre. On est très contents d’avoir fait ce choix » se félicite Marija Matejcic.

guide musique non voyant castre

La guide accompagne un participant dans sa découverte tactile. (crédit photo : Cyrille Ardaud)

Pour captiver son public, l’évènement met l’accent sur la pédagogie , comme le note avec une certaine satisfaction ce visiteur :

 

Ailleurs, la culture s’ouvre aussi aux mal et non-voyants. Les musées de Strasbourg proposent par exemple ce genre de visites, programmées tout au long de l’année, à travers le dispositif « Voir les musées autrement » : découvertes sensibles des collections, ces visites d’une heure trente, disponibles uniquement sur réservations, sont ouvertes à tous les visiteurs, qu’ils soient non-voyants, mal voyants ou voyants. Les musées strasbourgeois proposent également des parcours tactiles audioguidés, après remise de l’audioguide et de gants, réservés aux handicapés visuels.

mains non voyant statue

Une visite ouverte à tous. (crédit photo : Cyrille Ardaud)

Du côté du Louvre, à Paris, on pense aussi aux handicapés : on y propose entre autres des aides optiques, ou des parcours descriptifs avec audioguides et livres tactiles. On ne peut qu’approuver la démarche de ces lieux de culture et de patrimoine, qui commencent peu à peu à prendre en compte la diversité de leurs publics.

Cyrille Ardaud

Emilie Unternehr