Israël : Nétanyahou remporte les élections législatives

Le parti du Premier ministre sortant s’est imposé lors des législatives du 17 mars. Il conserve la majorité au Parlement, à 29 voix contre 24.

Une fois de plus, il s’est joué des sondages. Benyamin Nétanyahou a entamé mercredi 18 mars son troisième mandat à la tête du gouvernement israélien. La veille, le Premier ministre annonçait déjà sur son compte Twitter « une grande victoire » de son parti aux élections parlementaires. Une déclaration qui fait écho à la publication de sondages qui annonçaient le Likoud battu.

Face à lui, la coalition de centre-gauche israélienne, pourtant tenue pour favorite, n’a pas réussi à convaincre. Le leader de l’Union Sioniste, Itzhak Herzog, avait pourtant rétabli l’espoir dans les rangs du parti. « Je vais tout faire pour former un vrai gouvernement social en Israël », scandait-il encore à ses partisans, réunis à Tel-Aviv le soir des résultats, au coude à coude avec Nétanyahou. Il doit désormais se faire une raison : le poste de premier ministre restera inchangé.

Itzhak Herzog, leader de l’Union Sioniste, était le principal opposant de Benyamin Netanyahu. Crédit photo: la-croix.com

Itzhak Herzog, leader de l’Union Sioniste, était le principal opposant de Benyamin Netanyahu. Crédit photo: la-croix.com

Non qu’il ait eu tort d’espérer. Le Premier ministre sortant affiche un bilan économique et social bien mitigé. Le pays connaît une montée des inégalités. Sans compter la mauvaise image que traîne Benyamin Nétanyahou, entre les excès de son épouse, des dépenses importantes et ses relations complexes avec la communauté internationale, notamment les États-Unis.

La situation entre Israël et les États-Unis est devenue complexe depuis l’intervention du Premier ministre au congrès américain . Crédit photo : foxnewsinsider.com

La situation entre Israël et les États-Unis est devenue complexe depuis l’intervention du Premier ministre au congrès américain . Crédit photo : foxnewsinsider.com

Divergence d’opinion

Les questions sécuritaires ont sans doute changé la donne. Très marquée, la politique de Nétanyahou en la matière se révèle être au centre de ses mandats. Il avait même obtenu le soutien d’un célèbre acteur américain pour sa campagne « contre le mal »… L’homme est ouvertement hostile à la création de l’État palestinien, contrairement à son opposant, Itzhak Herzog, qui était prêt à tendre la main vers les autorités en place. Ce que n’était apparemment pas prête à faire une majorité d’Israéliens.

Malgré la victoire, former un gouvernement est un casse-tête. Herzog a d’ailleurs déclaré qu’il ne rejoindrait pas ce dernier. Dans ce nouveau Parlement très marqué à droite, les ententes se forment, mais il est encore trop tôt pour tirer de réelles conclusions pour l’avenir.

 Un peuple divisé. C’est ce que ces élections mettent en lumière. Divisé sur la façon de régner. Divisé sur la question palestinienne. Divisé enfin sur la direction à prendre pour l’avenir du pays. À Tel-Aviv, on s’entend sur un point néanmoins : des mesures sociales et une meilleure répartition des richesses économiques sont à mettre en place.

 Matthias Somm