Les médiathèques au service des lecteurs cannois

Après la disparition de la Privat lannée dernière, Cannes ne compte plus qu’une librairie généraliste : la FNAC. La mairie tente de pallier ce problème à travers son réseau de médiathèques.

La FNAC et quelques librairies spécialisées, voilà les seuls endroits où les Cannois avides de lecture peuvent encore trouver leur bonheur. « La culture sest déplacée dans les grands centres commerciaux » déplore Raymond Cavanna, un des bénévoles de la librairie chrétienne du boulevard Carnot. « À Grasse, il y a plusieurs librairies dans lesquelles les commerçants donnent des conseils aux lecteurs, () on connaît les vendeurs, contrairement à la FNAC où tout est beaucoup plus impersonnel, et où il ny a pas de service », ajoute-t-il.

Raymond Cavanna, bénévole à la librairie Espace Bible du boulevard Carnot :

Le gérant du Cannes English Bookshop, librairie anglaise du centre-ville, rejette quant à lui la faute sur Internet, et ses services de vente en ligne : « Notre librairie est lune des dernières à Cannes, et cest une librairie anglaise () Internet et Amazon sont les responsables, la crise économique na pas aidé, et pour la culture française cest très triste. »

Le gérant de la librairie anglaise du centre-ville de Cannes :

La disparition des librairies n’est évidemment pas une particularité cannoise, en France le nombre de librairies indépendantes fond chaque année. Mais pour une ville comme Cannes, d’environ 73 000 habitants en 2012, le fait qu’il n’y ait qu’une seule librairie généraliste est toutefois particulier. Pour autant, les Cannois doivent-ils renoncer à la lecture ?

Une des dernières librairies de Cannes : une librairie anglaise. Crédit photo : Emilie Unternehr

Une des dernières librairies de Cannes : une librairie anglaise. Crédit photo : Emilie Unternehr

« La ville se substitue à ce réseau de librairies privées qui a disparu »

La mairie, consciente du problème, tente de pallier le manque de librairies en investissant dans un réseau solide de médiathèques. Thomas de Pariente, adjoint au maire délégué à la culture, à la jeunesse, et aux métiers de l’écriture, regrette cette situation malheureuse, à laquelle la mairie se doit de répondre. C’est pourquoi la ville de Cannes investit dans un réseau de médiathèques censé maintenir une certaine offre littéraire. Cinq médiathèques sont installées à Cannes, dont la médiathèque Noailles et la médiathèque de Ranguin.

 Thomas de Pariente adjoint du maire délégué à la culture :

En plus de l’offre littéraire, Thomas de Pariente compte bien diversifier l’offre culturelle de la ville, à travers ces médiathèques : « On organise des réunions littéraires, des concerts, des expositions, des ateliers d’écriture, de jeux vidéo, des conférences, des projections de films, On sort du seul principe de bibliothèque. »

La librairie chrétienne du boulevard Carnot fonctionne grâce à ses bénévoles. Crédit photo : Emilie Unternehr

La librairie chrétienne du boulevard Carnot fonctionne grâce à ses bénévoles. Crédit photo : Emilie Unternehr

Les médiathèques se déplacent vers les lecteurs les plus excentrés, ou vers ceux qui ne peuvent pas se déplacer : la mairie propose une bibliothèque de plage en été, ou encore des bibliobus pour les seniors ou pour les jeunes. Des jeunes que la ville souhaite mettre en lumière à travers un concours d’écriture, dont la première édition commencera en juin. « Ce concours est organisé par les médiathèques. Celui qui aura été désigné comme le vainqueur sera présenté aux éditeurs dans le cadre des prochaines Rencontres littéraires de Cannes », ajoute l’adjoint au maire.

Un bel engagement de la part de la mairie, mais qui ne suffit pas à tous. À la médiathèque de Noailles, la plupart des lecteurs distinguent librairies et médiathèques, et ont besoin des deux services : « Jaime beaucoup lambiance des médiathèques et jaime y travailler, nous dit Suzanne, mais quand jai envie dacheter un livre, jaimerais pouvoir aller ailleurs qu’à la FNAC. »

 Emilie Unternehr