Le cinéma israélien à la rencontre des spectateurs cannois

Du 13 au 21 avril se tenait la première édition du Festival du film israélien à Cannes. Mardi 14, les spectateurs ont pu assister à la projection du film Une bouteille à la mer, aux côtés du réalisateur et de la scénariste.

Le réalisateur et la scénariste à la fin de la projection d'Une bouteille à la mer. (Crédit photo : Guillaume Soudat)

Le réalisateur et la scénariste à la fin de la projection d’Une bouteille à la mer. (Crédit photo : Guillaume Soudat)

« On a besoin de jeunes qui croient que changer le monde est possible. » Ces quelques mots de Valérie Zenatti, la scénariste et auteur d’Une bouteille dans la mer de Gaza, le roman à l’origine du film, suffisent à décrire Une bouteille à la mer. Tal, interprétée par Agathe Bonitzer, est israélienne, et souhaite rencontrer un Palestinien, un vrai. Elle veut rencontrer quelqu’un, dans sa singularité d’homme, au-delà des conflits et des idées qu’on se fait des Palestiniens en Israël. Alors elle jette une bouteille à la mer. Zaïm, joué par Mahmoud Shalaby, en Palestine, trouve cette bouteille ; leur histoire commence. Ce n’est pas un film sur un conflit, mais sur deux jeunes, deux individus, qui sont pris dans une situation qu’ils ne maîtrisent pas. « Avec cette histoire, j’ai voulu sortir du politique pour aller dans la singularité des personnages », confirme la scénariste.

Thierry Binisti, le réalisateur, revient pour Buzzles sur cette volonté de se concentrer sur l’individualité des personnages plutôt que sur la guerre qui les sépare :

 

Une première édition en hommage au cinéma israélien

Une bouteille à la mer fait partie de la sélection des nombreux films présentés lors de cette première édition du Festival du film israélien à Cannes. À l’initiative, Ciné Croisette, une association de cinéphiles cannois.

Le président de l’association, Serge Basilewsky, présente le projet au micro de Buzzles :

Le deuxième long-métrage de Thierry Binisti a été présenté pour la première fois en 2012 en avant-première au cinéma des Arcades. La diffusion du film dans le cadre de ce festival est donc un clin d’œil de la salle de Cannes à l’équipe du film. Serge Basilewsky précise toutefois que l’association s’est engagée, les années précédentes, à présenter une semaine du film liée à d’autres cultures : la Chine, le Québec et le Japon. Et aujourd’hui, Israël.

Une salle pleine pour la projection du film israélien Une bouteille à la mer. Crédit photo : Guillaume Soudat

Une salle pleine pour la projection du film israélien Une bouteille à la mer. Crédit photo : Guillaume Soudat

Le Festival du cinéma israélien se déroule du 13 au 21 avril dans quatre salles de cinéma de Cannes et du Cannet : les Arcades, l’Olympia, le Star et le Cannet Toiles. L’édition s’est ouverte lundi 13 avril sur le film Rendez-vous à Atlit, en présence de sa réalisatrice, Shirel Amitai. Le festival se clôturera mardi 21 avril sur la présentation du film de Noam Kaplan, intitulé Manpower. Sorti le 16 octobre 2014, le long-métrage retrace la vie de plusieurs protagonistes qui ont élu domicile en Israël : un officier de police, des travailleurs immigrés… des personnages dont le quotidien est foncièrement lié, malgré les apparences et les pressions extérieures.

Emilie Unternehr

Lucile Moy

Guillaume Soudat