Cate Blanchett, celle qui aime aussi les filles

Carol, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes, un rôle qui lui colle à la peau

New-York, les années 50, un amour interdit. Banal, diriez-vous ? Ne vous méprenez pas. Carol, réalisé par Todd Haynes, est une love story sulfureuse entre deux femmes incarnées par Cate Blanchett et Rooney Mara. Pour se glisser dans la peau du personnage, il est d’usage de penser comme lui, d’agir comme il le ferait. Cate Blanchett n’a pas dû avoir trop de soucis pour s’identifier à la New-Yorkaise lesbienne mais néanmoins charismatique et distinguée.

attends the "Carol" Photocall during the 68th annual Cannes Film Festival on May 17, 2015 in Cannes, France.

.Cate Blanchett a présenté le film Carol au Festival de Cannes le dimanche 17 mai. (Crédit photo : Pascal Le Segretain)

« Dans un film ou dans la vraie vie ? »

Dans une interview  accordée au magazine Variety, l’actrice australienne a révélé avoir déjà succombé à l’extase du sexe féminin. Alors que la journaliste demandait innocemment si cette expérience était sa première romance lesbienne, Cate Blanchett fit la moue avant d’ajouter, coquine, « Dans un film ou dans la vraie vie ? ». Coup médiatique ou simple confidence, la journaliste n’a pas marché. Elle a couru. Pressée pour de plus amples détails, l’actrice a sobrement répondu que oui, elle avait eu de « nombreuses » liaisons lesbiennes. Celle qui s’est « inspirée de romans érotiques » pour le rôle de l’ardente amante n’avait peut-être pas besoin d’apprentissage, finalement.

Lauriane Sandrini