Le prince charmant n’existe pas… la femme si

Un nouveau film lesbien fait son entrée à Cannes.

Nous sommes dans une ère où les films qui symbolisent le pouvoir et l’autonomie de la femme fleurissent. Cate Blanchett, actrice principale de Carol , histoire d’amour lesbien, avait bien du mal à imaginer que ce film puisse voir le jour. « C’était tellement compliqué. Les films milieu de gamme avec au centre la femme sont délicats à financer. Beaucoup de monde hésite parce qu’ils pensent que ça ne plaira pas. Ce qui est faux. » Et pour cause. L’industrie cinématographie convoite une audience jeune et masculine par-dessus tout alors même qu’au moins la moitié du public chaque année est féminin. Il serait absurde de ne pas exploiter ce filon.

Cate Blanchett et Rooney Mara dans une scène de Carol. (Crédit photo : UGC Distribution)

Cate Blanchett et Rooney Mara dans une scène de Carol. (Crédit photo : UGC Distribution)

Nous sommes dans une ère où les films qui mettent en scène une relation homosexuelle – surtout féminine – sont de plus en plus appréciés. Cate Blanchett nourrit l’espoir de voir plus de femmes prêtes à se battre pour l’égalité des sexes. Le tabou serait brisé, la parole libérée. Une histoire d’amour passionnée entre deux femmes déclenchera-t-elle la polémique ? Si Carol est un succès, l’actrice pourrait rêver du prix d’interprétation féminine, peut-être même d’une Palme d’or. Mais si c’est un échec, le film pourrait être perçu comme un énième exemple d’une histoire homosexuelle dénuée de vraisemblance, croupissant sous les clichés. L’avenir proche le dira.

Lauriane Sandrini