L’épopée d’un homme, la genèse d’une science

Dix ans après La Marche de l’Empereur  (2005), Luc Jacquet réécrit l’histoire en beauté avec La Glace et le Ciel, film de clôture du Festival.

Claude Lorius, acteur principal de La Glace et le Ciel. (Crédit photo : Luc Jacquet - Wild touch)

Claude Lorius, acteur principal de La Glace et le Ciel. (Crédit photo : Luc Jacquet – Wild touch)

Tout a commencé avec un hivernage en Antarctique. En 1955, Claude Lorius  décide d’effectuer l’acte qui changera sa vie. Un an dans le Grand froid, l’humanité bouleversée. Le glaciologue découvre pour la première fois que l’activité humaine a un impact sur le réchauffement climatique. 40 ans plus tard, Luc Jacquet effectue le même hivernage. Il y découvre le métier de réalisateur. Ce biologiste de formation prend conscience d’une partie de l’humanité encore inconnue du grand public. Il se doit d’agir.

La Glace et le Ciel, film de clôture du Festival, esquisse le portrait d’un homme extraordinaire. Ce documentaire, réalisé par Luc Jacquet, réécrit une découverte scientifique qui changea la vision du monde sur l’environnement. 60 ans de la vie d’un homme, parti à l’aventure. Désormais âgé de 82 ans, Claude Lorius revient sur ses pas, regarde l’impact qu’a eu l’homme sur la Terre à travers la montée du niveau des mers en Polynésie, la fonte des glaciers en Suisse, les incendies de forêts au Portugal… Le réalisateur raconte un monde ancré dans cette ère nouvelle où l’homme est devenu la puissance qui régit l’écologie et la marche climatique du monde.

En rien moralisateur, La Glace et le Ciel fait découvrir la science autrement. Le documentaire est d’ailleurs décliné en un projet pédagogique  en partenariat avec Wild Touch, fondation créée par Luc Jacquet. Vous pourrez admirer l’œuvre d’une vie en salles, le 21 octobre.

Lauriane Sandrini