La Maïwenn émancipée

Si Maïwenn arbore un parcours d’actrice en dent de scie, le costume de réalisatrice semble lui convenir beaucoup mieux. Après Polisse en 2011, Mon Roi était le deuxième de ses quatre longs-métrages à concourir en sélection officielle.

Actress Emmanuelle Bercot,  poses alongside director Maiwenn during a photo call following the awards ceremony at the 68th international film festival, Cannes, southern France, Sunday, May 24, 2015. (AP Photo/Thibault Camus)

Actress Emmanuelle Bercot, poses alongside director Maiwenn during a photo call following the awards ceremony at the 68th international film festival, Cannes, southern France, Sunday, May 24, 2015. (AP Photo/Thibault Camus)

Si la carrière cinématographique de l’actrice a longtemps été mouvementée, elle l’est beaucoup moins depuis que cette dernière est passée derrière la caméra. C’est Pardonnez-moi (2006) qui donne une véritable impulsion à sa carrière de réalisatrice. Un drame familial troublant, en grande partie inspiré des relations que Maïwenn a pu entretenir avec ses parents. Une thématique qui est devenue récurrente dans les représentations et les réalisations de l’actrice. En 2002, elle présente Le Pois Chiche au Café de la Gare, un one-woman-show dans lequel Maïwenn écorche la relation mère-fille. Dans Polisse (2011), puis dans Mon Roi (2015), elle évoque cette fois-ci la position des adultes vis-à-vis de l’enfance.

« Ma mère ne m’aimait qu’à travers un écran de cinéma »

Maïwenn doit avant tout cette inspiration à son passé et à des rapports conflictuels avec sa mère. Egalement actrice, cette dernière souhaite à tout prix que sa fille marche dans ses pas. Dès son plus jeune âge, elle la pousse à courir de casting en casting. « Ma mère ne m’aimait qu’à travers un
écran de cinéma », explique Maïwenn lorsqu’on évoque sa relation avec Catherine Belkhodja. Une enfance difficile, à laquelle elle met fin en épousant Luc Besson à 16 ans. Maïwenn refuse alors les rôles que lui offre sa nouvelle notoriété, ce qui ne fait qu’exacerber les tensions avec sa mère. Aujourd’hui affranchie de son passé douloureux, Maïwenn s’épanouit aussi bien en tant que réalisatrice qu’en tant qu’actrice. Même si pour Mon Roi, cette dernière a décidé de rester derrière la caméra. Un nouveau pied de nez à sa mère?

Antonin Deslandes