Quartier République à Cannes : un bilan désastreux

A la suite des violentes intempéries qui ont frappé l’agglomération cannoise samedi 3 octobre, certains quartiers ont été plus durement exposés aux caprices météorologiques. C’est le cas du boulevard de la République, qui a subi dans la nuit de lourds dégâts matériels. Là-bas certains ont  tout perdu.

Catastrophe, le mot résonne parmi les dizaines d’hommes et de femmes venus aujourd’hui boulevard de la République. Il s’agit pour eux de constater les dégâts. Partout, des commerçants nettoient à grandes eaux la boue et les amas de déchets charriés par la pluie diluvienne qui s’est abattue samedi soir entre 20h et 22h sur les Alpes-Maritimes.

PHOTO 2

Certains, résignés, constatent le désastre depuis le pas de leur porte, d’autres, plus optimistes, tentent de sauver ce qui a pu être épargné. C’est le cas d’Ouedji, qui nettoie son établissement de fond en comble. « La vie continue », dit-il, le sourire aux lèvres. Crédit photo : Julie dos Santos.

 

PHOTO 3

L’orage a tout emporté. Sur place, un spectacle de désolation. De nombreuses voitures ont été emportées, la plupart sont renversées ou sont venues heurter les enseignes et les bornes de signalisation. Les agents d’entretien de la voie publique œuvrent depuis cinq heures du matin pour dégager les routes des gravats. Ils sont inquiets de la panique provoquée par l’événement : « Les gens se mettent au milieu, on ne peut pas travailler en toute sécurité ». Crédit photo : Julie dos Santos.

 

PHOTO 4

Les habitants du quartier, encore sous le choc, décrivent une violence climatique jamais vue. « On a tout perdu » confie une riveraine avec une émotion palpable. Son salon de coiffure n’est plus qu’un amas de boue et de gravats. Chez la plupart des riverains, un sentiment de désespoir et d’impuissance domine. De la colère et de l’injustice également, car beaucoup pensent que certains dégâts sont dus à des conduits d’évacuation défectueux. Crédit photo : Julie dos Santos.

 

PHOTO 5

Partout, des pompiers sont encore à pied d’œuvre malgré la nuit éprouvante qu’ils ont vécue. Philippe décrit la situation comme « catastrophique ». Pour lui, le plus éprouvant a été d’évacuer les gens bloqués dans leur voiture. En effet, les routes étaient encombrées par des véhicules laissés à l’abandon et des chauffeurs roulaient à vive allure pour éviter l’aquaplaning. Crédit photo : Julie dos Santos.

 

PHOTO 6

Des pompiers et des membres du service de nettoyage de la ville aident à réparer les dégâts causés par les intempéries. Crédit Photo : Julie Dos Santos.

A l’heure où nous écrivons, on compte vingt morts et deux disparus.

D’autres photographies des inondations et de leurs conséquences à retrouver ici : https://buzzles.org/2015/10/04/un-deluge-historique-soiree-cauchemardesque-pour-les-azureens/

 

Solenne Barlot
Julie dos Santos