Le phénomène Ronda Rousey

Reine de l’Ultimate Fighting Championship (UFC) depuis maintenant deux ans, l’athlète américaine domine le paysage des sports de combat, longtemps interdit aux femmes.

Les MMA (Mixed Martial Arts en anglais) sont une discipline de sport de combat où tous les coups sont permis. Interdite en France mais très populaire en Amérique du Nord, elle mélange techniques de combat brésiliennes, boxe anglaise et lutte. L’UFC en est la ligue majeure. Ronda Rousey est un véritable phénomène aux États-Unis : tous les médias se l’arrachent. Interviews, apparition dans des blockbusters tels que Fast and Furious, Entourage ou Expendables, elle révolutionne le monde du combat libre. Ancienne médaillée olympique en judo, Rousey, aussi surnommée « Rowdy » (« la bagarreuse ») affole les statistiques : 12 victoires en autant de combats pour quelques 120 000 $ par match. Son dernier combat disputé il y a deux mois n’a duré que… 34 secondes. Une domination inédite dans un sport habituellement mené par des hommes.

« Tout le monde veut gagner. Mais pour vraiment réussir – que ce soit par rapport à un sport ou à votre travail ou dans la vie – vous devez être prêt à faire tout ce qu’il faut. Il faut relever les défis et faire des sacrifices pour être le meilleur dans ce que vous faites », déclare-t-elle dans l’ouvrage autobiographique My fight, your fight (sortie française en novembre sous le titre Pourquoi je me bats, éditions Les Arènes). Mais derrière la combattante ultime, se cache un véritable personnage. Reine du « trash-talking », elle est dotée d’une hargne et d’une très grande explosivité. Sa signature ? La clé de bras (nommée originellement juji gatame) grâce à laquelle elle a gagné plus de la moitié de ses combats.

Ronda Rousey contre Beth Correia. (Crédit photo : Getty Images)

Ronda Rousey contre Beth Correia. (Crédit photo : Getty Images)

La semaine dernière, Ronda est devenue la première femme à apparaître sur la couverture du magazine Australien Men’s Fitness ainsi que la première à présenter la mythique émission américaine Sportscenter sur la chaîne ESPN. De plus, son prochain combat contre Holly Holm pour une treizième défense de son titre féminin (initialement prévu le 2 janvier 2016) a été avancé au 14 Novembre suite à une affluence trop importante.

Mais où s’arrêtera-t-elle ? Dans un entretien accordé au célèbre commentateur Joe Rogan il y a un mois, « Rowdy » révéla qu’elle souhaiterait s’arrêter une fois le cap de la trentaine passé : « je ne veux pas me battre jusqu’à la trentaine. Et par trentaine, je veux dire jusqu’à l’âge de 31, 32 ans. » Le temps est donc compté pour la Californienne de 28 ans qui espère pouvoir battre la Brésilienne Cristiane Justino, avant de raccrocher définitivement ses gants.

 

Thomas Woloch