Retrouver vos proches dans la tempête

Des attaques terroristes ont eu lieu simultanément dans six endroits à Paris, faisant au moins 128 morts et plus de 300 blessés hier soir. L’état d’urgence est décrété. Dans  cette actualité bouillonnante, des initiatives s’organisent pour retrouver les proches disparus.  

« Cecile Misse, 1m65, visage rond, cheveux mi longs bouclés et clairs, Bataclan hier.#rechercheParis #ParisAttacks RT AU MAX »…  Des messages de ce genre, les réseaux sociaux en sont noircis depuis hier soir. Dans le feu de l’action et l’avalanche d’informations qui suivirent les explosions, certains manquent rapidement à l’appel. Des avis de recherches concoctés par les proches de disparus sont postés sur Twitter sous le mot clés #rechercheparis. Ce à quoi les internautes répondent quand ils ont des informations, ou « retweetent » (font passer) pour disperser les avis de recherches, qui ciblent particulièrement les 1500 personnes présentes dans la salle attaquée du Bataclan. A la mi-journée le hashtag avait été partagé presque 20.000 fois, et relayé sur Facebook.

 

Le #rechercheparis, partagé jusqu'à l’etranger. Crédit : Alex Gouty

Le #rechercheparis, partagé jusqu’à l’etranger. (Capture d’écran)

Le réseau social bleu et blanc a lui aussi apporté sa pierre à l’édifice, en troquant son indémodable pouce levé contre un point d ‘exclamation vert rayonnant, sobrement intitulé le « safe check ». L’idée est simple : faire savoir à vos amis que vous allez bien. Le principe d’autant plus facile d’utilisation : indiquez que vous êtes, ou non, dans la zone à risque puis que vous allez bien, que vous « êtes en sécurité ».

 

Un bouton d’urgence a été mis en place par Facebook. Crédit : A.G.

Un bouton d’urgence a été mis en place par Facebook. (Capture d’écran)

Côté institutionnel, des moyens efficaces ont été mis en œuvre tôt ce matin. Avec d’abord la mise en place d’un numéro vert : le 197. Puis rapidement, une plateforme en ligne de dépôt d’avis de recherche ou de témoignage, que vous pouvez étayer de photos ou de vidéo. Sous la banderole grise et froide « alerte », on peut y lire : « Suite aux récents événements, toute information et renseignement peuvent être utiles pour faire progresser l’enquête, identifier les victimes et prévenir de nouveaux actes ». Une fois le formulaire rempli, vous êtes mis en relation avec un officier de police judiciaire qui vous aiguille anonymement vers les listes de victimes (à l’heure actuelle, les corps sont rapatriés à l’institut médico-légal de Paris). La Préfecture de police de Paris a également rappelé qu’un numéro d’information et d’assistance aux victimes était disponible : le 0800 40 60 05.

La plateforme en ligne du ministère de l’Intérieur. Crédit A. G.

La plateforme en ligne du ministère de l’Intérieur. (Capture d’écran A)

Alex Gouty