La COP21 maintenue ?

Hasard du calendrier, le rétablissement des contrôles aux frontières avait été mis en place vendredi 13 novembre au matin, dans le cadre de la préparation de la COP 21. Une mesure inédite depuis la création de l’espace Schengen en 1995. Après les évènements de vendredi soir, le président de la République a déclaré l’état d’urgence sur tout le territoire français. Un traumatisme qui pourrait influer sur la tenue de la COP21 qui doit rassembler plus de 40 000 personnes du 30 novembre au 11 décembre prochain.

Aujourd'hui à l'Elysée, François Hollande et Nicolas Sarkozy ont abordé le maintien de la Cop 21 (Crédit photo : Stéphane De Sakutin/AFP).

Aujourd’hui à l’Elysée, François Hollande et Nicolas Sarkozy ont abordé le maintien de la Cop 21 (Crédit photo : Stéphane De Sakutin/AFP).

L’évènement d’envergure mondial représente aujourd’hui un risque pour la sécurité de l’Hexagone mais également beaucoup d’attentes pour l’environnement. La COP21 a été abordée dès vendredi soir lors de la première réunion de crise. Pas d’annonce d’annulation, plutôt de la protection. « On enclenche le niveau maximal de sécurité mais, pour des raisons évidentes, on ne va pas rentrer dans tous les détails de ce dispositif de sécurité, explique un conseiller ministériel. Les frontières ne sont pas fermées, les délégués de tous les pays participant à la COP peuvent atterrir à Paris, mais les contrôles aux frontières sont renforcés. » Avant même les attentats du vendredi, ce dispositif prévoyait déjà pour une durée de quatre semaines, le déploiement de quelque 30 000 policiers mobilisés incluant 4 000 agents de la police de l’air et des frontières, la PAF. L’enjeu? Le rétablissement des contrôles sur les 285 points de passage sur les frontières hexagonales.

Réunions décisives

Si l’avenir du meeting mondial pour le climat ne semble pour l’instant pas perturbé, son sort n’était pourtant pas scellé au lendemain des attentats : « Nous avons tenu une réunion de crise avec l’équipe samedi matin, confie le secrétaire général de la COP, Pierre-Henri Guignard. Mais c’est le gouvernement qui décidera des suites à donner.  » Ce week-end, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a réitéré la volonté de la France de maintenir ce rendez-vous décisif qui devrait réunir 118 chefs de gouvernements et d’états.

Brice Lalonde sur la COP21 : « Le sort du monde ne dépend pas d’une conférence » sur WAT.tv ( Enjeu de la COP21, crédit TF1News)

Une marche contre le réchauffement climatique est prévue pour le 29 novembre. Les organisations non gouvernementales qui en sont à l’initiative doivent se réunir lundi pour discuter du maintien ou non du rassemblement. Alice Jay, la directrice de campagne du mouvement citoyen Avaaz – qui est l’un des membres organisant cette marche – a expliqué à l’agence de presse Reuters que « La communauté Avaaz (…) s’engage à continuer à élever la voix pour défendre notre humanité. »

 Thibault Cordier

Publicités