Les Unes de la presse internationale après les attentats

Pendant tout le week-end, les médias étrangers ont couvert les tragiques attentats parisiens faisant état de centaines de victimes. A la Une des quotidiens de presse les plus populaires : l’horreur.

« Pray for Paris », « Vos guerres, nos morts », « Porte Ouverte » : alors que sur Twitter l’esprit « Charlie » était ranimé, le monde n’a pas tardé à découvrir les premières images d’une longue nuit de calvaire. Partout grâce à Internet, les messages de soutien sont rapidement véhiculés. Personnalités éminentes ou témoins des évènements, les propos sont repris en boucle par les médias d’information en continu. Au lendemain de l’attaque sur le sol français, la presse internationale fait le point.

Parmi les premiers à réagir, sans doute, les pays limitrophes. El Pais, quotidien espagnol, reprenait à plusieurs reprises le discours tenu la veille par François Hollande : « Nous sommes en guerre ». Plus tard dans la journée, le journal publiait une tribune écrite par Fernando Reinares, spécialiste du terrorisme. Il se demande pourquoi « les pays européens produisent plus d’activistes et de jihadistes que les autres ». Aux États-Unis, les médias se voient revivre leur tragédie du 11 septembre. Le Washington Post dédie sa Une à Paris en parlant « d’assaut », le New York Times fait paraitre un article pour susciter le débat. Il titre : « les attaques à Paris rendent urgentes des discussions sur la fin de la guerre en Syrie ». Le New Yorker, quant à lui, publiait sur son site, une longue rédaction sur Paris « la ville fantôme », dont le Xe et XIe arrondissements ont été bouclés. Reuters, l’agence de presse internationale, qualifiait les attaques à Paris comme « un cauchemar pour la sécurité européenne ». Peter Apps, l’auteur de la publication, relie l’attentat à celui de Mumbai en 2008 qui a laissé derrière lui 172 morts. Il rappelle que la France avait récemment pris une « plus grande place dans les conflits au Moyen-Orient, en Lybie, et contre l’Etat Islamique », ce qui faisait d’elle une nouvelle cible d’attaques.

« Arrêtez la guerre »

Le Courrier de Russie, un média francophone, publiait une vidéo sur les premiers hommages russes. Samedi, quelques dizaines de Moscovites ont déposé une rose sur un amont gigantesque de fleurs. Un message retient l’attention du lecteur : « arrêtez la guerre ». Arrêter cette guerre, c’est un avis partagé par Janet Daley, journaliste américaine qui signait une tribune pour le Telegraph, publiée dans la nuit des attentats. « Quoi que ce soit, ce n’est pas un choc des civilisations, écrit-elle. Nous faisons face à une virulente et contagieuse montée de la folie. Le monde entier doit se réunir au nom de l’unité. Les civils ne sont pas des dommages collatéraux dans ces attaques : leur mort est l’enjeu de toutes les questions ».

En Chine, les réactions médiatiques sont sévères vis-à-vis des politiques mais solidaires des victimes. En parlant de la démocratie occidentale, le quotidien de la propagande chinoise Huanqiu Shibao laissait entendre que les attentats sont le fruit d’une trop grande liberté. « Les personnes considérées comme à ‘haut risque’ peuvent y être parfaitement libres. L’époque protège leurs droits et la société paie de plus en plus cher pour se protéger », exprimait-il. Au Maghreb, et en Algérie, la presse tempère : « La France s’entête à aider des terroristes sanguinaires qui sortent souvent des rangs de ces banlieues traversées par les courants extrémistes et livrées à elles-mêmes. Elle a un grand rôle à jouer mais pas en bombardant les peuples ». Ces propos tirés du quotidien Le Soir critiquent le Président français qui s’est muté en chef des armées très assumé. « La France doit laisser les populations décider de leur avenir en toute liberté », écrit Farah Madaure dans le journal. En Une du Soir ce dimanche : « le conflit syrien s’étend à Paris ». Et dans le pays, tous sont unanimes : El Khabar, quotidien arabophone, note : « Daesh transpose la ‘guerre sainte’ en France. Et en conclut sur le prix de l’incapacité à combattre le terrorisme ». Pour la presse algérienne, « la France a échoué dans sa politique étrangère ».

Buzzles a écumé une quantité de médias pour vous proposer une sélection des Unes des titres de presse les populaires et éloquents au lendemain de l’attaque (cliquez sur l’une des images pour lancer le diaporama) :

 

Lucile Moy

Gaspard Poirieux

Maxime Bonnet

Publicités