LDC: 5ème journée

Barcelone et Paris régalent, l’Atletico remercie Griezmann, le Real Madrid se fait peur et Lyon pleure. Tout ce qu’il fallait retenir de cette 5ème journée de Ligue des champions.

Les Tops :

Le FC Barcelone

Trois jours après son écrasante victoire (4-0) sur le Real Madrid, le Barça s’est imposé 6-1 face à l’AS Roma de Rudi Garcia. Les joueurs catalans, déjà qualifiés pour les huitièmes de finale avant le coup d’envoi suite au nul de Leverkusen à Borisov (1-1), ont éclaboussé la rencontre de leur talent. Le club italien n’avait pas les armes pour lutter, laissant trop d’espace au trio offensif MSN (Messi-Suarez-Neymar) titulaire pour la première fois depuis deux mois. Sanction immédiate, dès la 15ème minute, Luis Suarez ouvrait le score. Le début du cauchemar pour la défense de l’AS Roma, encaissant cinq autres buts. Pour sauver l’honneur, Edin Dzeko a réduit le score de la tête en toute fin de match. Avec ces piètres prestations, la défense de la Roma devient la pire de la compétition (16 buts encaissés en cinq sorties). Malgré cela, le club italien peut encore espérer se qualifier pour les huitièmes de finale. Pour ce faire, la Louve devra s’imposer contre le Bate Borisov lors de la dernière journée de la phase de poules.

« Ce mardi soir, les Barcelonais ont brillé face à la Roma » (Crédit Photo : D.R.)

Le Paris Saint-Germain

Une manita et ça repart. Défait par Madrid lors de la précédente journée (2-0), le club de la Capitale s’est refait la cerise en surclassant les Suédois de Malmö cinq buts à zéro. Les joueurs de Laurent Blanc ont ouvert le score dès la 3ème minute d’une tête décroisée de Rabiot sur un centre de Van der Wiel. Après ça, le PSG a confisqué le ballon à son adversaire avec 66% de possession pour continuer son festival offensif. Dès la 14ème, Di Maria marquait le deuxième but de la rencontre, de l’intérieur du pied. Zlatan, de retour chez lui en Suède a inscrit le troisième but dans un angle fermé à la 50ème, bien aidé par la main molle du gardien adverse. L’Argentin Di Maria, sur un centre de Maxwell, y est allé de son doublé (68ème) et Lucas, en toute fin de match, a achevé Malmö sur un coup franc, quelques minutes après son entrée en jeu. Paris est donc qualifié pour les 8èmes, mais devra se contenter de la deuxième place du groupe A. En effet, le Real Madrid s’est adjugé la tête de la poule suite à sa victoire contre le Chakhtior Donetsk (3-4).

Le flop :

L’Olympique Lyonnais

C’était la défaite de trop, celle qui met fin à l’aventure européenne des Lyonnais. Battu lors des arrêts de jeu face aux Belges de La Gantoise, Lyon n’a pas saisi l’opportunité offerte par le Zénith qui s’est imposé contre Valence (2-0). Trois mois plus tôt, le tirage au sort semblait plus qu’abordable pour les hommes d’Hubert Fournier. Une illusion… Pour ce match de la dernière chance, l’entraineur rhodanien avait réservé quelques surprises dans le onze de départ. Alors qu’une charnière centrale Yanga-Mbiwa-Morel avait été envisagée, c’est finalement Bisevac et Yanga-Mbiwa qui ont été alignés. Darder, quant à lui, est resté sur le banc au profit de Malbranque, et Ghezzal a été titularisé à la place de Claudio Beauvue. Malgré ces surprises dans la composition, la soirée avait bien démarré pour l’OL. Dès la 7ème minute de jeu, Jordan Ferri a ouvert le score sur une passe de Rachid Ghezzal. Menée au score, La Gantoise a pris le contrôle du jeu avant d’égaliser logiquement sur un coup franc fourbe de Danijel Milicevic (32ème). Dans le temps additionnel (95ème), sur le dernier corner du match, Coulibaly a mis un terme au rêve européen des Lyonnais, profitant de l’apathie du pauvre Mbiwa. Cette humiliante défaite marque donc la fin de l’histoire européenne de Gerland. C’était la dernière rencontre continentale que le stade accueillait, l’Olympique Lyonnais ayant à sa disposition une enceinte neuve. Tristesse.

Le but : 

Nous jouons la 18ème minute au Camp Nou lorsque le FC Barcelone humilie l’AS Roma par une action collective spectaculaire. Fidèle « tiki taka », la marque de fabrique du club catalan, les Blaugrana ont enchaîné les passes à une touche de balle jusqu’à transpercer la défense adverse. Dans un périmètre restreint, les coéquipiers de Neymar ont emmené le mouvement jusqu’à Léo Messi, qui, après un lob millimétré, a conclu l’action. La Pulga est définitivement de retour.

Le geste : 

Pas de geste technique cette fois-ci, mais plutôt un geste solidaire. Après les attentats qui ont frappé la Capitale, les joueurs parisiens ont porté un sobre maillot noir sans sponsor avec la seule inscription « Je suis Paris », une manière d’afficher leur soutien et leur solidarité aux victimes. Dans un communiqué annonçant cette initiative, le club parisien a précisé qu’un « hommage appuyé aux victimes » serait fait lors du prochain match au Parc des Princes. Reste à savoir si ce maillot collector sera commercialisé prochainement.

(Crédit photo : D.R.) "Zlatan et les Parisiens ont affiché leur soutien à la ville de Paris, victime du terrorisme. »

(Crédit photo : D.R.) « Zlatan et les Parisiens ont affiché leur soutien à la ville de Paris, victime du terrorisme. »

Le Frenchie :

Antoine Griezmann

A la pointe de l’attaque avec Fernando Torres, le Français a qualifié à lui seul son équipe, l’Atletico Madrid, pour les 8èmes de finale en inscrivant un doublé victorieux.  L’attaquant des Bleus a ouvert le score de la tête après avoir profité d’un centre de Gabi à la 13ème minute. En deuxième période, c’est une nouvelle fois Gabi qui délivre une passe décisive au Griez’. L’international français a porté son club durant la rencontre et ainsi marqué ses sixième et septième buts en Ligue des champions. Pour terminer premier de leur groupe, les Madrilènes devront battre le Benfica Lisbonne dans deux semaines et le talent de Griezmann ne sera pas de trop pour y parvenir.

Le chiffre :

7000. Un chiffre qui fait rentrer l’Argentin Angel Di Maria dans l’histoire de la coupe aux grandes oreilles. Contre les Suédois de Malmö, Di Maria a inscrit le 7000ème but de l’histoire de cette compétition mythique, 23 ans après le premier but du tournoi inscrit par Amokachi le 25 novembre 1992. Le Parisien rentre dans le cercle fermé des « 1000 » au côté de Khokhlov (1000ème), Fernando Couto (2000ème), le Français Trezeguet (3000ème), Crouch (4000ème), Luisao (5000ème) et Ramos (6000ème). (info @OptaJoe)

Déclaration :

Daniel Riolo, journaliste sportif, chroniqueur et blogueur pour RMC a commenté l’échec de l’aventure européenne des Lyonnais cette année. Il a déclaré que l’OL était « un scandale, une honte pour notre foot ». Jean-Michel Aulas appréciera.

L’équipe-type : 

équipe type

Les résultats :

9 équipes sur 16 ont déjà obtenu leur ticket pour les huitièmes de finale.

Mardi

(Q) Zénith St-Pétersbourg 2-0 Valence

Lyon 1-2 La Gantoise

Maccabi Tel Aviv 0-4 Chelsea

FC Porto 0-2 Dynamo Kiev

Arsenal 3-0 Dinamo Zagreb

(Q) Bayern Munich 4-0 Olympiakos

Bate Borisov 1-1 Bayer Leverkusen

(Q) FC Barcelone 6-1 AS Roma

Mercredi

Astana 2-2 Benfica (Q)

CSKA Moscou 0-2 Wolfsburg

Malmö 0-5 PSG (Q)

Shakhtar Donetsk 3-4 Real Madrid (Q)

Manchester United 0-0 PSV Eindhoven

(Q) Atlético Madrid 2-0 Galatasaray

(Q) Juventus Turin 1-0 Manchester City (Q)

Borussia M’Gladbach 4-2 Séville FC.

Lou David

Manon Gaziello

Publicités